samedi 22 février 2020

La Mémoire de Babel (La Passe-Miroir #3) • Christelle Dabos.


Deux ans et sept mois qu'Ophélie se morfond sur son arche d'Anima. Aujourd'hui, il lui faut agir, exploiter ce qu'elle a appris à la lecture du Livre de Farouk et les bribe d'informations divulguées par Dieu. Sous une fausse identité, Ophélie rejoint Babel, arche cosmopolite et joyau de modernité. Ses talents de liseuse suffiront-ils à déjouer les pièges d'adversaires toujours plus redoutables ? A-t-elle la moindre chance de retrouver la trace de Thorn ?


Tomes précédents : ₁. Les fiancés de l'hiver ♦ ₂. Les disparus du Clairdelune.


J'AI AIMÉ : Les retrouvailles avec l'univers, la plume de l'autrice.
J'AI MOINS AIMÉ : /.


Trois ans ou presque après ma lecture du second tome, et surtout des siècles après vous avoir dit cent fois que j'allais le commencer, je me suis enfin plongée dans ce fameux livre ! Je pense que c'est l'une des sagas qui m'impressionne le plus dans ma PAL et c'est pour cette raison que j'ai tardé avant d'entamer ce troisième tome... Et je suis ravie de l'avoir enfin fait ! Cette lecture a été géniale. J'ai retrouvé instantanément l'univers, les personnages, et le petit truc en plus qui nous entraîne à fond dans l'aventure !

Thorn a disparu depuis deux ans et demi et Ophélie n'en peut plus de se cacher sur Anima. Car son retour ne s'est pas fait sans une surveillance accrue de sa famille et des Doyennes de son arche. Elle ne peut que compter sur sa tante qui a parcouru la Citacielle à ses côtés. Mais quand des amis viennent la tirer de son ennui, Ophélie sait que c'est le moment d'agir pour elle. C'est le moment de suivre les pistes qu'elle a réuni et retrouver Thorn qui lui manque... Serait-ce sur l'arche de Babel que l'attendent les réponses qu'elle cherche tant ? En tout cas, la jeune femme est déterminée à s'en assurer.


J'ai ressenti un réel plaisir à retrouver l'univers et la plume poétique de l'autrice. L'héroine Ophélie m'avait également bien manquée, surtout que je l'avais trouvé un poil effacée dans le second tome et qu'ici, elle est parcourue par un regain et un savoir que j'ai beaucoup aimé. La jeune femme vole de ses propres ailes ! Elle embarque seule pour Babel, sa route se sépare de sa tante, de Berenilde, et de ses alliés de la Citacielle. C'est ainsi que je l'ai trouvé plus décidée, courageuse, et plus à même de faire ses propres choix.

Son enquête la conduit jusqu'à une arche belle, moderne, et à une école renommée qui semble pouvoir lui ouvrir les portes qu'Ophélie souhaite atteindre. Sous une nouvelle identité, elle réalise tôt ou tard que la portée de Dieu et son contrôle des esprits de Famille, des arches, et de la pensée, est immense. Babel n'est pas ce qu'elle semble être aux premiers abords, mais les réponses sont à portée de mains si seulement Ophélie peut affiner ses dons...

C'est un troisième tome une fois de plus plein d'aventure, avec une héroïne qui ne manque pas de courage, où les illusions et les mystères sont une fois de plus présents pour nos plus grand plaisir. Impossible de savoir à qui se fier dans cet univers et on découvre des nouvelles facettes à chaque page. Le suspense arrive vraiment à son comble avec La Mémoire de Babel, nous offrant des réponses et de quoi attiser une fois de plus notre curiosité. Un vrai voyage et un vrai dépaysement, c'était exactement ce que j'espérais et je n'ai pas été déçue un seul instant !


Un troisième tome addictif, entraînant, plein de mystère et de révélations. Une fois de plus, on nous plonge dans un univers riche qui semble sans limite, avec ses particularités merveilleuses et ses dangers grandissants. Je suis prête pour le quatrième et dernier tome maintenant !

lundi 17 février 2020

Cosy Sunday (édition 2020) #6.

Bienvenue dans mon Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous (la plupart du temps) hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.



J'ai terminé Wilder Girls qui a été une très bonne découverte, un roman prenant et avec une atmosphère bien sombre. Puis j'ai avancé Otaku Otaku avec le tome 5 et le tome 6 et j'adore toujours autant cette série. Des tranches de vie pleine d'humour, d'amitié et de sentiments, il ne m'en faut pas plus !

J'ai également lu Les dragons de la cité rouge, prometteur avec ses dragons mais qui ne m'aura malheureusement pas tout à fait convaincu avec son côté très classique de la fantasy. Et puis j'ai terminé la semaine sur une note romantique ; Love Online est aussi mignon que tendre et je n'en ai fait qu'une bouchée !





La Passe-Miroir, tome 3 : La Mémoire de Babel de Christelle Dabos.

(Résumé du 1er tome) Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons.
La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel.





➪ Depuis le temps que je prévois de lire... Je me lance ENFIN dans ce tome 3 !



Si j'arrive à la fin de La Passe-Miroir T3, je serais déjà contente. Sinon, j'aimerais bien lire cette récente réception aussi.



Criminal : Spain (2/5) : C'est vraiment la série des Criminal qui m'aura le moins convaincue. Cela tient aux différents témoignagnes qui ne m'ont pas plus marquée que ça, mais également à la dynamique du groupe d'enquêteurs qui n'est pas agréable à suivre...
The Witcher : Saison 01 (4/5) : Très bonne surprise ! Comme beaucoup, je n'étais pas spécialement satisfaite du choix d'acteur pour le personnage principal, mais finalement c'est totalement passé et je vois difficilement quelqu'un d'autre à sa place. Les différentes intrigues m'ont beaucoup plu et j'ai hâte de voir ce que la suite nous réserve !

To All the Boys 2 : P.S. I Still Love You (3/5) : Ce second opus souffre pour moi de la malédiction des seconds opus... J'ai adoré le premier film, encore plus que le livre. Mais pour ce deuxième récit, j'ai largement préféré le livre. Certes, c'est toujours mignon et les codes couleurs sont géniaux... Mais il manquait de complicité et j'aurais beaucoup aimé plus de moments avec Kitty comme dans le livre.

Autres :
📺 Actuellement plongée dans The Good Place.
🎥 A prévu d'aller voir Parasite en salle.


Chroniques : Wilder Girls (17/20) | Les dragons de la cité rouge (12/20) | Love Online (16,5/20).


Je n'ai malheureusement pas eu le temps de passer sur les blogs cette semaine...


Bonne semaine et jolies lectures à tous !

samedi 15 février 2020

Love Online • Penelope Ward.


Nous nous sommes rencontrés de façon improbable. Au départ, tout était anodin. J'étais « ScreenGod », et elle « Montana ». Évidemment, ce n'était pas nos vrais noms, seulement les pseudonymes que nous avions choisis.
La nuit, me connecter et lui parler était mon échappatoire – mon refuge.
En réalité, elle s'appelait Eden, comme je ne tardai pas à le découvrir.
 Dès notre premier échange en ligne, je fus captivé. Elle devint vite une addiction. Nous ne savions rien de nos vraies identités au début... Et elle comptait bien ne rien changer à ça. L'anonymat n'altérait en rien la complicité qui s'était spontanément créée entre nous. Cela avait même eu pour effet de nous autoriser à être plus transparents l'un envers l'autre que si nous avions réellement su qui nous étions.
Eden était drôle, intelligente, splendide – elle était la femme dont j'avais toujours rêvé. Mais elle continuait de m'échapper. J'avais accepté que les choses restent ainsi, jusqu'au jour où un indice me mena directement à elle. J'ai saisi cette opportunité.
C'est là que notre histoire d'amour a commencé pour de bon.


J'AI AIMÉ : L'alchimie des personnages, la tendresse de Ryder.
J'AI MOINS AIMÉ : Le manque peut-être d'obstacles.


A l'approche de la Saint-Valentin, cette réception tombait à pic ! Un grand merci à MxM Bookmark une fois de plus, surtout que cette romance est aussi mignonne que divertissante et qu'elle m'a bien plu. J'ai craqué dessus parce que ce n'est pas courant que l'on mette en scène une jeune femme qui gagne sa vie en faisant des shows sexy sans que cela tourne au mélodrame ou à la misogynie. Ryder et Eden ont une alchimie qui a a su tout de suite me convaincre !

Depuis la mort de sa mère et la rupture avec son ex, Ryder est un peu en roue libre. Sa vie, son travail, sa relation avec les femmes, il peine à trouver la satisfaction, l'étincelle qui fait qu'il se sent bien. C'est lors d'une énième soirée à traîner sur les sites pornographiques qu'il tombe sur une cam girl qui retient tout de suite son attention : Montana Lane. Il suffit d'une chanson pour qu'il soit sous son charme et pour qu'il revienne, soir après soir, jusqu'à ce qu'ils ne soient plus qu'une simple cam girl et un simple spectateur...


Je ne dirais pas que cette romance est exempt de toute misogynie, mais il y a vraiment du travail pour éviter tout le gros du sexisme et certains grands clichés. Une fois investi, Ryder possède cette jalousie parfois propre aux héros de romance (c'est le petit point qui m'a chagrinée même si ça peut se comprendre vu le métier d'Eden). Au final, c'est plutôt la misogynie à l'égard des actrices et des cam girls que l'on dénonce. Même si Eden s'est lancée dedans pour des raisons personnelles, le roman aborde son choix de carrière d'un œil tolérant et Ryder lui porte toujours un respect touchant.

J'ai beaucoup aimé toute la partie de la relation virtuelle et à distance. Même si les deux personnages finissent par se rencontrer assez vite dans l'histoire, leurs échanges sur internet, leurs hésitations, toute la phase où leurs sentiments les surprennent et se développent sont intimes, mignons comme tout, c'est comme un petit retour dans l'adolescence mais avec un soupçon de maturité en plus.

Ryder m'a beaucoup plu comme personnage. J'ai eu un peu peur au départ, quand on le présente comme ce riche héritier qui s'ennuie et qui a simplement besoin de claquer des doigts pour avoir une femme dans son lit. Au final, c'est un homme touchant, sensible, et très respectueux. Il a autant de tendresse que de désir pour Eden, et il n'hésite pas à montrer ces deux valeurs aux moments propices. Eden, quant à elle, est une femme qui a du mal à faire confiance après beaucoup de déceptions. Elle et Ollie, son frère, ont une relation privilégiée et il est difficile pour elle de faire entrer un homme dans a vie. Mais Ryder et Eden ont plus de points communs qu'ils ne le pensent, tout ne se résume pas aux milieux d'où ils viennent !


Une romance comme je les aime ! Entraînante, attendrissante, avec des personnages qui possèdent une belle complicité. Il manque peut-être un poil de retournements, mais une histoire douce basée sur la confiance qui se construit, ça fait aussi du bien de temps en temps.

jeudi 13 février 2020

Les dragons de la cité rouge • Erik Wietzel.


Le prince héritier de Redfelt a été enlevé. La rançon ? Une épée magique, jusque-là conservée dans les profondeurs de la citadelle. Sa lame retiendrait prisonnières les âmes des dragons qui ont failli réduire Redfelt en poussière trois siècles plus tôt. Mais les émissaires royaux ont disparu, ainsi que la rançon.
La reine Éline se tourne alors vers Alec Deraan, un chasseur de primes. Ils furent amants à l'époque où il était un officier de la couronne promis à un brillant avenir. Aujourd'hui, c'est un loup solitaire dont le seul ami est un dragon. Car Alec cache un secret : il est possédé par une démone aussi séduisante que dangereuse, un succube qui lui prête main-forte en échange de l'exclusivité de ses faveurs. Troublé par ses retrouvailles avec une souveraine qu'il lui est interdit d'aimer, Alec accepte la quête à contrecœur et s'envole vers des contrées lointaines.
Le temps presse : les dragons de l'épée pourraient se réveiller et achever la destruction interrompue il y a trois cents ans.


J'AI AIMÉ : Le personnage d'Arkan.
J'AI MOINS AIMÉ : Les personnages féminins, trop classique.


J'aime bien faire des sondages sur Twitter pour que mes abonnés choisissent ma prochaine lecture : j'ai adapté ce concept en cachant les titres. Pour Février, on m'a choisi celui-ci (en vérité : « un titre de fantasy tiré au sort ») qui était dans ma PAL depuis un petit moment et que j'avais franchement oublié. C'est le côté dragons qui m'avait rendu curieuse à l'époque et même si j'ai trouvé ce que je voulais en terme de dragons dans ce roman, c'est plutôt le schéma de l'histoire qui ne m'a pas convaincue.

Il y a quatorze ans, Alec a passé un pacte avec une succube. Contraint à quitter son jeune amour et ses fonctions, il s'est désormais fait une place en temps que chasseur de prime. Mais son destin croise de nouveau celui d'Éline, la femme qu'il a aimé et qui est devenu reine. Son fils a été enlevé et une épée magique, forgée grâce à l'âme de trois dragons légendaires, serait la clef pour le retrouver...


Comme je l'ai dit, je n'ai pas été déçue côté dragon. Alec n'est pas un chasseur de prime solitaire, il a à ses côtés ses deux compagnons de rouge : Shen Sey, la démone avec qui il a passé ce pacte qui l'éloigne de toute vie amoureuse, et Arkan, un dragon qu'il a sauvé quelques années auparavant. Les dragons sont dotés de sagesse, d'intelligence, et ont une voix. J'ai adoré le personnage d'Arkan qui accompagne Alec. Il est un peu la conscience que l'homme n'a pas. Il a une vision d'ensemble, du recul, et ses paroles sont toujours sages.

Cependant, je n'ai pas du tout accroché au personnage principal. Alec n'est pas du genre très aimable. Certes, il souffre du pacte qu'il a conclu avec Shen des années auparavant et regrette l'inexpérience qui l'a poussé jusque là. Mais question sagesse, il tranche beaucoup avec Arkan et même avec Shen Sey qui sont bien plus raisonnables ! Alec s'est retranché dans l'égoïsme. Son rapport avec les femmes (qu'il ne considère pas autrement que par le prisme de la séduction d'ailleurs....) est bien ce qui m'a fait lever les yeux au ciel. Du coup, les personnages féminins en pâtissent beaucoup dans cette lecture et c'est franchement dommage (et on aurait pu s'en passer).

Le schéma de l'histoire reste conventionnel et classique pour de la fantasy, il n'y a pas de prises de risques et je n'ai pas été surprise au fil des pages. J'ai trouvé difficile de m'attacher aux différents personnages comme Éline, Nathan son fils, et Alec. Seul Arkan m'aura intéressée. Shen Sey aussi, mais son traitement reste vide : elle est là, elle reste là, je n'ai pas eu le sentiment que l'auteur voulait vraiment faire quelque chose de sa présence.


C'est un roman qui n'est pas mauvais en soi et qui se lit facilement. Malheureusement, je n'aurais pas été plus convaincue que ça. Les dragons y sont intéressants et intrigants, mais il manquait une étincelle à l'histoire.

lundi 10 février 2020

Wilder Girls • Rory Power.


Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.
D’abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueux stigmates dans leur chair.
Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n’osent plus sortir de l’enceinte de l’école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis.
Hetty et ses deux meilleures amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu’au bout...


J'AI AIMÉ : L'ambiance huit-clos, l'effet addictif.
J'AI MOINS AIMÉ : Le début déstabilisant.


Je remercie chaudement les éditions Robert Laffont et Netgalley pour cet envoi. Wilder Girls est une nouveauté qui me tentait énormément avec sa magnifique couverture d'une part, et avec son résumé intriguant d'autre part. Et je n'ai été du tout déçue de cette découverte ! Étant aussi glauque qu'addictif, ce roman m'a réservée de très bonnes surprise !

Un jour, la Tox est arrivée et a décimé le pensionnant pour jeunes filles de l'île Raxter. Cette maladie a emporté la majorité des adultes et des résidentes, et quand elle ne tue pas, elle transforme son hôte à tout jamais. Malformations, mutations, nul ne le sait mais chacune doit vivre avec désormais. Entre les crises de douleur et la privation de nourriture, l'école a été mise sous quarantaine. Mais une chose en entraînant une autre, Hetty découvre qu'il y a bien des éléments qu'on ose pas leur divulguer et son quotidien commence à clocher...


Le début est un poil déroutant. Tout de suite plongée dans le quotidien de Hetty, auprès de Byatt et Reese, nous n'avons pourtant pas tout de suite une vision d'ensemble. Le mystère est épais et s'épaissit même par moment avant de nous dévoiler son fil rouge. La plume a également sa touche propice à l'univers, ce qui crée un atmosphère dérangeante dans laquelle il est difficile de prendre ses marques. Mais c'est ce qui marche au fil du récit !

Wilder Girls est un roman addictif mais pas seulement. Mystérieux, captivant, sombre, anxiogène, sont des mots qui le résument très bien aussi. Chacune des jeunes filles de Raxter a évolué avec une mentalité de fer et une carapace dure à percer. Le trio Hetty, Byatt et Reese, est comme ça. Hetty, l'héroïne a tissé deux relations particulières avec ses amies. La cynique Byatt est devenue son pilier dans l'école, sa sœur, sa moitié. Tandis que son cœur n'est pas indifférent à l'intimidante Reese. J'ai beaucoup aimé leurs liens que l'effet survie a complexifié.

Car c'est bien ça dont il est question du début jusqu'à la fin : survivre. A la Tox, mais également aux secrets sur lesquels Hetty tombent un à un, et à la faim, et à la quarantaine imposée. Le huit-clos nous emprisonne dans une ambiance glauque finement fignolée. A mesure que se tourne les pages, il devient de plus en plus impossible de reposer le livre tant la curiosité est grande ! C'est Hetty que l'on suit d'avantage, Hetty qui nous dévoile peu à peu ce qui l'entoure et pour qui on s'inquiète. Hetty, héroïne particulière, que son quotidien a façonné au couteau, et qui reste tout à fait authentique.


Entre horreur et science-fiction, Wilder Girls possède cette aura unique qui nous plonge dans un récit angoissant et complexe. Ce roman est pour moi une réussite et je n'hésiterai pas à découvrir d'autres romans de l'autrice à l'avenir !

dimanche 9 février 2020

Cosy Sunday (édition 2020) #5.

Bienvenue dans mon Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous (la plupart du temps) hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.



Deux semaines plutôt tranquille même si j'ai été malade (et suis toujours malade) toute la dernier semaine passée. J'en ai profité pour lire. J'ai terminé Les Honeycote, tome 2 : Orgueil et volupté, une romance historique sympathique mais assez conventionnelle pour le coup. Ensuite j'ai lu Given, tome 1 et tome 2, deux tomes qui retracent la première saison de l'animé et qui ont été un coup de cœur eux aussi ! Puis je me suis plongée dans une petit pavé dépaysant, qui nous emporte en Norvège et dans le monde de la musique : Les sept sœurs, tome 2 : La sœur de la tempête.




Wilder Girls de Rory Power.

Voilà bientôt dix-huit mois qu’un mal inconnu, la Tox, a frappé l’île Raxter. Dix-huit mois que le pensionnat pour jeunes filles qui en occupe la pointe a été mis sous quarantaine.
D’abord, la Tox a tué les enseignantes, une à une, puis elle a infecté les élèves, dont les survivantes portent désormais ses monstrueux stigmates dans leur chair.
Coupées du reste du monde, cernées par les bêtes mutantes qui rôdent dans les bois alentour et livrées à elles-mêmes, celles qui restent n’osent plus sortir de l’enceinte de l’école. Jour après jour, elles attendent le vaccin que le gouvernement leur a promis.
Hetty et ses deux meilleures amies, Byatt et Reese, se serrent les coudes malgré les privations, bien déterminées à lutter ensemble jusqu’au bout...



➪ J'accroche vraiment bien à ma lecture. Le début est déroutant et peu à peu, le mystère est captivant, addictif, glauque... Très prenant.



J'ai prévu un livre tiré au sort (suivant les résultats d'un sondage sur Twitter 😆). Je ne sais pas du tout ce que ça va donner... Puis je pense me lancer dans la suite de Otaku Otaku !



Criminal : United Kingdom (4/5) : Je suis assez friande des séries policières et ici c'est le format (divisé en plusieurs pays) et David Tennant qui joue dans le premier épisode de cette version qui m'a fait pencher sur la série. J'ai beaucoup accroché et je trouve que la UK est vraiment la meilleure !
Criminal : France (4/5) : J'ai attaqué ensuite la version française et n'étant pas très attirée par les séries françaises à l'origine, j'ai été agréablement surprise au final. Le principe du huit-clos de la salle d'interrogation ne change pas et j'ai trouvé les acteurs et les histoires convaincants et intéressants !

Criminal : Germany : Beaucoup ont trouvé que la version allemande était la meilleure mais je l'ai trouvée en dessous des précédentes que j'ai regardé. Les histoires et témoignages des accusés m'ont moins intéressée/touchée que les autres, même si j'ai accroché aux relations au sein de l'équipe policière.

Autres :
📺 Actuellement plongée dans Criminal : Spain.
📺 Actuellement plongée dans The Witcher.


Rendez-vous : Bilan de Janvier.



Je lis donc je suis s'est lancée dans la saga Gardiens des cités perdues !
Les p'tites lectures de Meg a adoré En plein vol que je recommande chaudement.
Little-A a commencé Cassidy Blake T1 et a été enchantée par sa lecture.
Les lectures de Marinette m'a fait ajouter Aurora Squad à ma Wish-List !


Bonne semaine et jolies lectures à tous•tes !
Decorated Christmas Tree