jeudi 21 février 2019

Le devoir d'un berserker (La riposte des dragons #1) • Marlène Jedynak.


La Normandie, terre de légendes et surtout, l’épine dans le pied du Roi de France. Ce dernier est prêt à tout pour récupérer les richesses de ce territoire, comme il l’a fait pour les autres duchés en France, si ce n’est qu’il y a en son sein des Berserkers nombreux et redoutables. Avec l’aide d’un mage noir, Enguerrand de Wertelle, il compte bien abattre le plus puissant d’entre eux, le chef de meute, Axel de Coursy.
Pour cela, il fait organiser un piège à la frontière du territoire du Maine-Anjou et de la Normandie. Mais Enguerrand de Wertelle poursuit-il le même but que Louis XXII ?
Le Roi va s’apercevoir qu’il ne tient pas les rênes du destin et surtout pas ceux d’un certain mage noir, et celui de la Normandie.


J'AI AIMÉ : Première moitié addictive.
J'AI MOINS AIMÉ :Maladresse, sexisme, éléments survolés.


Merci une fois de plus à MxM Bookmark et NetGalley qui m'ont permis de lire ce roman. Quand je l'ai vu sur la plateforme, j'ai été super emballée : une magnifique couverture et un résumé me promettant quelque chose d'assez original (donnez-moi la Normandie et des berserkers, je dis franchement pas non). Malheureusement, si le début est agréable et addictif, passé un certain moment, j'ai plus perdu pied qu'autre chose...

Suite à un affrontement dont il était la cible principale, Alex n'est plus le même. Et pour cause, des sortilèges l'ont transformé en femme et ont emprisonné sa bête, ainsi que ses pouvoirs, loin de sa portée. Par peur des représailles, il fuit. Depuis quelques années, il vit tranquillement en Écosse, où il a refait sa vie sous une nouvelle identité : Lexa. Mais quand des personnes de son passé refont surface et qu'on le cherche, il est peut-être finalement temps de rentrer à la maison...

Franchement, ça ne partait pas trop mal pour moi malgré un couac que j'ai avalé difficilement (à venir ci-dessous). L'écriture était fluide, l'histoire en Écosse était réfléchie et on voyait quelques fils conducteurs à explorer, le tout était vraiment très addictif et j'enchainais les chapitres sans mal. C'est après que les choses se sont compliquées pour moi et que je ne savais plus où l'autrice voulait en venir, et ce qu'elle voulait faire de son premier tome.


Ce qui m'a toutefois le plus gênée, c'est utiliser le pronom « elle » pour Alex au sein de la narration. Si votre personnage vous dit qu'il est un homme, alors employez le « il », c'est aussi simple que ça. IRL il existe d'ailleurs bel et bien des hommes qui évoluent dans un corps féminin, tout comme des femmes dans un corps masculin, ça s'appelle la transidentité. Et c'est là que j'ai trouvé Le devoir d'un berserker maladroit, voire offensant envers Alex, et peut-être pas que lui, même s'il s'agit de fiction. Car en vérité, utiliser le mauvais pronom est une faute, et elle peut faire mal même si elle parait anodine. Quel message transmettre si on appelle son personnage par le mauvais pronom ? Pour la simple raison que son corps revêt des formes féminines ? Utiliser la nouvelle identité d'Alex dans un dialogue, une situation, est logique. Mais dans la narration, c'est pour moi un très mauvais choix. Alex est un homme et le revendique toutes les trois pages.

Ce qui m'a énervée également, c'est le sexisme présent. Les femmes ne sont vraiment bonnes à rien, voire elles n'existent pas beaucoup. Alex est toujours vu que pour ses attributs et attire tous les regards des hommes. Il y a même des messages contradictoires : parfois Alex défend le fait qu'une femme peut être intelligente, savoir parler, et compagnie. Et pourtant l'histoire dit le contraire : une femme ne peut pas être forte en magie, encore moins être un berserker, et avec le corps d'une femme, Alex change même de personnalité pour devenir émotif, sensible, et avoir les larmes aux yeux pour pas grand chose parfois.

Je sais que je parle beaucoup des points négatifs, mais ces points-là m'ont vraiment, vraiment, vraiment fâchée. D'un autre côté aussi, je n'ai malheureusement pas réussi à comprendre où allait l'histoire et où on voulait nous amener. Était-ce une romance ? Avec qui ? Était-ce de la fantasy ? Au final, on reste dans un entre-deux avec beaucoup de potentiels love interest pour le héros, mais rien de réellement concluant, et beaucoup de magie, enjeux, mais rarement approfondis.

Et c'est dommage parce que le début ne part pas si mal et même si les maladresses n'auraient pas pu être effacées, elles auraient été moins lourdes peut-être si on était resté dans cette lignée. Il y a pour moi deux parties distinctes : en Écosse et après qu'Alex soit parti de l'Écosse. La première partie nous immerge vraiment quelques part et pose des bases, nous permet de rencontre Alex, son quotidien, ses doutes, ses envies, sa vie. Avec la lenteur du début, on commence à connaître et s'attacher aux personnages (Analan, Ewen, Alex). Puis ensuite, tout s'accélère et j'ai eu l'impression qu'on me reprenait tout ça.


J'ai conscience de ne pas avoir été positive, mais je suis très triste de cette déception en vérité. J'attendais beaucoup de la Normandie et ses légendes, des berserkers, du roi qui complote, et des mages noirs, et je n'ai eu presque aucune des promesses espérées avec le résumé...

dimanche 17 février 2019

Cosy Sunday 2019 : Semaine 7.

Mon Sunday's books était déjà inspiré et différent du Sunday's books créé par Saefiel à la base, mais maintenant il change de nom et devient le Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.

J'ai dévoré Foreign to you, book 1, un roman unique pour lequel j'ai eu un coup de cœur. J'ai rarement été aussi envoûtée par une histoire et une atmosphère, et celle-ci a des allures d'un conte. J'ai sinon continué mon avancée dans A Silent Voice avec le tome 3 et le tome 4, que j'ai bien aimé, mais tout de même un poil moins que les tomes précédents.

J'ai également continué Black Butler, avec le tome 9, le tome 10, et le tome 11, un arc immersif, non sans rappeler une certaine littérature classique et qui me prouve encore une fois que ce manga est excellent !



La riposte des dragons, tome 1 : Le devoir d'un berserker de Marlène Jedynak.

La Normandie, terre de légendes et surtout, l’épine dans le pied du Roi de France. Ce dernier est prêt à tout pour récupérer les richesses de ce territoire, comme il l’a fait pour les autres duchés en France, si ce n’est qu’il y a en son sein des Berserkers nombreux et redoutables. Avec l’aide d’un mage noir, Enguerrand de Wertelle, il compte bien abattre le plus puissant d’entre eux, le chef de meute, Axel de Coursy.
Pour cela, il fait organiser un piège à la frontière du territoire du Maine-Anjou et de la Normandie. Mais Enguerrand de Wertelle poursuit-il le même but que Louis XXII ?
Le Roi va s’apercevoir qu’il ne tient pas les rênes du destin et surtout pas ceux d’un certain mage noir, et celui de la Normandie.


Une lecture assez addictive en soi, mais son sexisme ambiant et certaines choses me « cringe » comme on dit. J'en parle un peu plus sur mon twitter et je m'expliquerai plus dans ma chronique (à venir mardi normalement).

J'ai les yeux plus gros que le ventre mais ce sont mes prochaines prévisions 😄 Une valeur sûre : du Victoria Schwab, avec une nouvelle série qui m'intéresse grandement. Et une petite romance que j'espère toute sympathique !

Si Beale Street pouvait parler : Une image vraiment très belle, des acteurs convaincants (dont l'actrice principale qui porte très bien le film), et une histoire poétique dénonçant le racisme. Toutefois, je ne me suis pas retrouvée aussi emballée que je l'aurais aimé et tout tient dans la manière dont les scènes s'enchaînent et la manière dont c'est filmé, créant d'énormes lenteurs dans tout le film au final.

➤ Chronique : Foreign to you T1 (19/20 💜).

Plouf qui lit nous partage des mini-avis sur ses lectures depuis le début d'année ! 
La Passe-Miroir T1 a réussi à conquérir le cœur de Citadelle imaginaire.
Twogirlsandbooks nous parle de Il était une fois T2, une romance historique qui lui a beaucoup plu.


Bonne semaine et jolies lectures à tous !

vendredi 15 février 2019

Foreign to you #1 • Jeremy Martin.


The harmony between humans and fianna, a species of shapeshifting deer, begins to wither as racial tensions and deeply rooted resentment turns violent.
Ruthless hunter Finn Hail and prophesied liberator Adelaide may be heroes to their own species, but they are enemies to each other. With war on the horizon, the reluctant pair must team up to find the most elusive of prey: the god of the Forest.
As enemies press in from all sides, true intentions begin to show. For Finn to save the boy he cares for most, he might need to aim his gun at the very god he seeks. And Adelaide, with her festering hatred for mankind, will have to determine if peace holds true salvation for her people.


J'AI AIMÉ : Les personnages radicalement opposés, l'originalité.
J'AI MOINS AIMÉ : /.


Je remercie chaudement NetGallet et les éditions NineStar Press, qui me font une nouvelle fois confiance, à moi petite blogueuse française. Je les suis attentivement et je fais toujours de belles découvertes avec eux. Et ici, c'est une belle découverte de taille. Foreign to you dont la couverture m'a tout de suite tapée dans l'oeil s'est révélé être une lecture absolument divine, mélangeant mythes, déités et originalité en moins de trois cents pages. Un régal !

Adelaïde est un mythe, également pour elle-même. Quand elle devient humaine pour la première fois, elle ne sait ni qui elle est, ni ce qu'elle représente, ni comment apprivoiser son nouveau corps. Elle peut compter sur d'autres fiannas pour l'aider et l'attente de rencontrer des humains. De son côté, Finn, dans la guilde des chasseurs, fait face à la montée en puissance des férals, des êtres instinctifs et assoiffés de sang qu'il doit chasser. La limite entre férals et fiannas est fine, si bien que l'accueil des fiannas dans le village humain cette année-là... a de beaux risques de tourner au vinaigre.

Quand j'ai commencé ce roman, je pensais entrer dans un univers déjà tracé ou qui du moins suit la lignée d'autres romans du même genre, avec pour seule originalité le fait que l'on exploite les métamorphes herbivores (ici, des cerfs) alors qu'on a plutôt l'habitude des félins ou des loups. Que nenni ! Je me suis retrouvée plongée dans quelque chose de totalement unique, avec ses propres codes, ses propres mythes, qui m'a surprise et envoûtée en un clin d’œil. De la magie, il y en a. Autant dans la plume que dans le mystère qui règne et qui grandit de chapitre en chapitre.


Les personnages ont été une révélation également. L'auteur arrive à écrire Adélaïde avec une grande justesse : dans ses pensées, on peut y lire toute la candeur et l'innocence d'un animal qui se retrouve à découvrir la complexité d'être un être humain. Elle est à l'origine une biche et elle garde certaines de ses caractéristiques comme son attirance pour la nature, l'honnêteté de ses sentiments, son élégance toute naturelle. J'ai eu énormément de compassion pour elle, qui se retrouve finalement au cœur de toutes les tensions et découvre à la fois ce qu'est l'amour, l'amour des autres, de son peuple, de son prochain, et la haine, la haine tenace, la culpabilité, la vengeance.

Finn n'est pas sans saveur non plus et son évolution est un peu l'inverse de celle d'Adélaïde. Il est un chasseur qui nourrit une grande rancœur contre la vie et contre ses proches, la haine lui est familière. C'est face au deuil et en confrontant toute ses croyances qu'il découvre la saveur de l'espoir, même dans les ténèbres. Ces deux personnages sont complètement opposés et pourtant règne entre eux une entraide grandissante, de la méfiance à la confiance, et c'est là aussi que le titre prend tout son sens : Foreign to you ; Leur espèce est totalement étrangère à l'autre, qu'importe leurs efforts.

Tout l'univers est également quelque chose d'étranger à nous, lecteurs. J'ai rarement lu une histoire aussi originale et c'est pour cela que je la qualifie d'ovni littéraire. On se retrouve captivé, envoûté, même en un temps record sans le réaliser, et c'est un monde complexe, riche, qui s'offre à nous. La fin est d'ailleurs un véritable « mind blown » auquel je ne m'attendais pas et qui a donné réponse à mes questions... tout en en posant de nouvelles !


Un beau coup de cœur, un de ceux qui sont complètement évident à la lecture, pour ce premier tome magnifiquement conté, envoûtant au possible, et qui ouvre la porte sur une suite probablement explosive et pleine de réponses également.

lundi 11 février 2019

Cosy Sunday 2019 : Semaine 6.

Mon Sunday's books était déjà inspiré et différent du Sunday's books créé par Saefiel à la base, mais maintenant il change de nom et devient le Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.
J'ai lu D'encre, de verre et d'acier, tome 1 auquel je n'ai malheureusement pas autant accroché que je l'aurais voulu... et ce fut finalement une lecture mitigée. Puis Not your typical Christmas story de Robin a rattrapé le niveau et m'a offert un très chouette moment (vous pouvez télécharger sa nouvelle gratuitement sur son tumblr). Et j'ai lu une série manga en deux tomes : Depth of field, parfois brouillon mais dans son ensemble plutôt très sympa !



Foreign to You de Jeremy Martin.
VF : Pas de VF.

The harmony between humans and fianna, a species of shapeshifting deer, begins to wither as racial tensions and deeply rooted resentment turns violent.
Ruthless hunter Finn Hail and prophesied liberator Adelaide may be heroes to their own species, but they are enemies to each other. With war on the horizon, the reluctant pair must team up to find the most elusive of prey: the god of the Forest.
As enemies press in from all sides, true intentions begin to show. For Finn to save the boy he cares for most, he might need to aim his gun at the very god he seeks. And Adelaide, with her festering hatred for mankind, will have to determine if peace holds true salvation for her people.


J'approche de la moitié et je suis complètement captivée... C'est un petit ovni fantasy en soi et dès les premières pages j'ai su que je serais envoûtée.


Je continue sur un autre SP qui m'a été envoyé via NetGalley et dont le résumé envoie du rêve ! Et je pense que je vais aussi continuer A Silent Voice (tome 3 et tome 4 si tout se passe bien).

A dog's way home : Oui, je suis fâchée contre le titre français ("L'incroyable aventure de Bella") qui rappelle les films navets humoristiques avec des chiens de mon enfance... Alors que ce film là est un film doudou absolument adorable ! C'est niais, mais qu'est-ce que c'est mignon comme tout.
Seconde chance : Un film plutôt sympathique, mais peps et entraînant que ce que je pensais. On dévie de la trame classique de ce genre de films cependant et c'est pas plus mal, il y a quelques bonnes surprises.

Burning : Ma grand-mère m'en a longtemps parlé alors quand j'ai vu qu'il passait à mon cinéma, je suis allée le voir. Et c'était vraiment un visionnage spécial. Entre malaise, lenteurs, et fascination, franchement je ne sais pas où je me trouve. Dans tous les cas, c'est un film qui marque et auquel je n'arrête pas de penser.
Alita : Battle Angel : Pas trop mal, j'ai passé un bon moment dans son ensemble, mais la romance est vraiment complètement inutile et niaise, j'ai levé tellement les yeux au ciel. A côté de ça, les scènes d'affrontements et les forces de l'héroïne m'ont beaucoup plu.

Dragons 3 : Troisième et dernier volet de la saga Dragons et quelle pure merveille !! Franchement, c'est mon premier coup de coeur de l'année du côté des films. J'ai adoré de A à Z. Entre humour, aventure, et séances d'émotions, il clôture la saga avec finesse. J'ai ressenti beaucoup d'amour pour ce film et c'est dur de quitter nos héros préférés...


➤ Très chouette chronique de Vicious sur le blog d'Echos de mots


Bonne semaine et jolies lectures à tous !
Decorated Christmas Tree