dimanche 25 octobre 2020

Otaku Otaku #7 et #8 • Fujita.


Narumi et Hirotaka travaillent dans la même société. Ce sont tous deux des otaku. Ils ont chacun une passion dévorante pas toujours évidente à faire entendre aux autres. Peut-elle même être compatible avec une relation amoureuse ? Comprendre l'autre, l'accepter tel qu'il est, se montrer tel qu'on est vraiment... Misant sur ce point commun, « des otaku », ils décident alors de sortir ensemble. Mais comme dans toutes les histoires d'amours, des interrogations et des doutes persistent. Leur passion va-t-elle les rapprocher ou les séparer ? Heureusement les amis sont là pour en discuter mais aussi pour partager leur « otaku attitude ».


MOTS CLEFS : Tranches de vie / Geek / Jeux vidéos / Couples / Amitié / Cosplays / Anecdotes.


Otaku Otaku et ses anecdotes du quotidien est une recette qui marche pour moi. Je me jette sur chaque sortie de tome et alors que je les lis deux par deux, j'ai bien du mal à résister une fois qu'ils sont entre mes mains ! L'envie de retrouver très vite Narumi, Hirotaka, Koyanagi, Kabakura, Naô et Kô, et leurs délires, est toujours aussi forte ! Et encore une fois, j'ai vraiment passé un très bon moment.

Derrière ses apparences de femme indépendante, Koyanagi est très attachée à Kabakura... et elle doute de la réciprocité de ses sentiments. Quand celle-ci perd un collier qu'il lui a offert, le couple est en crise. Sauront-il se rabibocher ? A côté, Narumi et Hirotaka semble couler de source. Hirotaka se laisse peu à peu aller aux côtés de sa petite amie... Et c'est de famille car son petit frère Naô se rapproche beaucoup de Kô et les questions sur leurs sentiments commencent à arriver.


Koyanagi et Kabakura sont encore et toujours mon couple préféré et je n'ai pas boudé mon plaisir de les retrouver dans ces deux tomes où leur relation est au centre de l'histoire ! Même si la recette continue sur des successions d'anecdotes autour de la complicité des amoureux et des amis, autour des jeux vidéos, du cosplays, et autres conventions, il y a parfois quelques fils rouges et ici, c'est l'évolution de la relation de Koyanagi et Kabakura en quelque chose de plus officiel. Et qu'est-ce que j'ai aimé retrouvé ces deux-là ! Ils laissent un peu tomber leurs carapaces de gros durs ici pour nous dévoiler toute l'ampleur de ce qu'ils ressentent l'un pour l'autre.

A côté, Narumi est toujours aussi adorable et mignonne. Et Hirotaka, fidèle à lui-même, n'est pas aveugle à son charme. Je peux comprendre les lecteurs qui trouvent que leur relation stagne mais à mes yeux, elle leur ressemble. Hirotaka n'est pas très porté sur l'affection mais ce n'est pas pour autant qu'il ne ressent rien et Narumi le comprend très bien. La tendresse et la complicité qu'ils partagent sont pour moi une aussi grande preuve d'amour que les effusions amoureuses.

Et puis il y a Naô et Kô qui s'affirment de plus en plus dans la série et qui s'ajoutent doucement au cercle de personnages principaux. L'éternelle timide et introvertie Kô s'ouvre aux côté de Naô, s'amuse, se fait des amis, tandis que Naô continue de découvrir l'univers des jeux vidéos et s'adoucit beaucoup. Ils sont vraiment mignons tous les deux, c'est la touche douceur à côté de nos deux autres couples plus confirmés et plus adultes. Suivre ces trois couples, ensemble ou chacun de leur côté, c'est toujours un plaisir et beaucoup de leurs anecdotes sur la culture du jeu, des mangas, de l'écriture et j'en passe, me font bien rire.


Un plaisir renouvelé avec ces deux derniers tomes sortis ! Le fil rouge autour de Koragani et Kabakura nous donne très envie de lire la suite. En tout cas, je sais d'avance que je me régalerai... Parce que c'est toujours le cas. C'est vraiment ma série doudou !

vendredi 23 octobre 2020

Sorcery of Thorns • Margaret Rogerson.


All sorcerers are evil. Elisabeth has known that as long as she has known anything. Raised as a foundling in one of Austermeer's Great Libraries, Elisabeth has grown up among magical grimoires that rattle beneath iron chains, capable of transforming into grotesque monsters.
When an act of sabotage releases the library's most dangerous grimoire, Elisabeth is accused of treason. With no one to turn to but her sworn enemy, the sorcerer Nathaniel Thorn, and his mysteriious servant, she finds herself entangled in a centuries-old conspiracy. Not only could the Great Libraries go up in flames, but the world along with them.


J'AI AIMÉ : L'univers des librairies, le trio principal.
J'AI MOINS AIMÉ : /.


Ce roman me faisait envie depuis sa sortie. En même temps, je ne suis jamais insensible à ce genre de couvertures alors je l'ai très vite repéré et ajouté à ma Wish-List... Étant donné qu'il a été choisi pour être la lecture d'Octobre dans le club lecture dont je fais partie, je l'ai commencé plus vite que prévu et tant mieux ! Ca a vraiment été le roman parfait pour l'amoureuse des livres que je suis ! L'univers m'a totalement charmée et j'en redemanderai bien.

Bien qu'Elisabeth sauve la Grande Bibliothèque dans laquelle elle a grandi d'un livre devenu monstre, elle est la première suspectée de l'avoir libéré et d'avoir semé la mort dans son sillon... La jeune fille est emmenée à la capitale pour défendre son cas, escortée par Nathaniel Thorn, un sorcier qu'elle a déjà rencontré par le passé et qui ne lui inspire pas confiance, et Silas, son serviteur. Elisabeth va très vite comprendre que les menaces et les complots s'étendent bien plus loin que la Bibliothèque d'Estive. Elle a vraiment tout à apprendre !


Je me suis vraiment prise d'affection pour Elisabeth qui est une héroïne qui nous est tout de suite sympathique. Les livres et la Bibliothèque d'Estive sont tout ce qu'elle a toujours connu. Orpheline, elle a grandi parmi les étalages de livres et a appris à les comprendre, leur parler, les écouter. Car oui, les livres sont magiques et possèdent une âme. Ils peuvent être également très dangereux et porteurs d'une grande magie. En bref, l'héroïne et l'univers magique des bibliothèques, ça a vraiment marché dès le départ avec moi ! Il faut dire que j'aime les vieilles bibliothèques et leur ambiance alors il n'a pas été difficile d'imaginer le décor.

Elisabeth peut nous paraître parfois naïve puisqu'elle n'a rien connu d'autre qu'Estive et ses croyances, comme celle que tous les sorciers sont des êtres dangereux qui trempent dans la magie noire (Nathaniel va d'ailleurs faire les frais de tout ce qu'elle pense de lui !). Mais c'est une héroïne pleine de ressources. C'est elle qui prend les devants ! Elle mène l'enquête d'un bras de fer et marche au devant de ses ennemis le menton relevé, fière et prête à les transpercer de sa lame. Courageuse, volontaire, déterminée, elle a tout pour me plaire et j'ai été très friande de ses intérations avec les personnages secondaires.

Nathaniel est important mais plus en retrait. Il laisse la place à Elisabeth et son aventure dans le récit. Il la soutient pour qu'elle brille et nous apparaisse vraiment comme l'héroïne. J'ai aimé ses joûtes verbales et la sensibilité qu'il nous dévoile petit à petit. Silas, son serviteur démoniaque, est tout aussi appréciable. Assez insaisissable, il nous est difficile de ne pas nous attacher à lui comme Elisabeth s'attache à lui également. Elisabeth, Nathaniel, et Silas forment vraiment un trio dynamique que j'ai adoré suivre !


Un roman qui m'a tout de suite transportée par son univers fait de livres, de démons et de magie, mais c'est surtout et avant tout les personnages qui ont conquis mon petit coeur. L'aventure à leur côté a été belle, riche, et trépidante !

mardi 20 octobre 2020

Je ne te hais... plus du tout (Lovely Vicious #3) • Sara Wolf.


Isis Blake n’est plus tombée amoureuse depuis trois ans, quarante-trois semaines et deux jours.
Enfin… il se pourrait que si, mais elle ne l’avouerait sous aucun prétexte. Il se pourrait aussi qu’il y ait un trou béant dans son coeur, un trou d’à peu près la taille de Jack Hunter.
Déterminée à combler ce vide, c’est avec un grand sourire qu’elle débarque à l’université pour débuter sa nouvelle vie. Mais lorsqu’elle aperçoit Sans-Nom, celui qui l’a meurtrie à jamais, son sourire s’efface aussitôt…


Tomes précédents :  ₁. Je te hais... passionnément ♦ ₂. Je te hais... à la folie.     Saga terminée


J'AI AIMÉ : La nouvelle dynamique, les personnages sont plus sereins.
J'AI MOINS AIMÉ : Quelques éléments peu crédibles.


J'avais cette saga dans ma liste de sagas à finir cette année, surtout que j'ai bien aimé les premiers tomes et il me tardait d'avoir enfin le dernier mot concernant la relation entre Isis et Jack ! La faute aux mois et aux deux dernières années qui ont vraiment défilé plus vite que je ne le pensais. Mais je suis contente aujourd'hui de connaître l'issue de cette romance. Elle m'aura vraiment globalement bien plu et ce troisième tome conclut de manière apaisée et sereine la saga.

Impossible de retrouver Jack malgré les tentatives d'Isis. Il l'a abandonnée et a abandonné ses amis, les laissant avec leur culpabilité et leur peine. La jeune fille n'a d'autre choix que d'aller de l'avant et tenter de l'oublier pour de bon. Après tout, il n'y a rien de très bon dans l'amour. Ce n'est pas pour elle. Mais, arrivée à l'université de l'Ohio, le destin se joue carrément d'elle ! Il met sur son chemin Sans-Nom, qui a un goût trop prenoncé pour la menace, et Jack, qui revient de plus belle sans savoir que faire de ce qui est né entre eux...


J'attendais avec impatience ce dénouement. Malgré un côté qui part parfois un peu dans le « trop » (bonjour espionnage et gouvernement impliqué), j'ai pris beaucoup de plaisir à lire ce tome final. J'ai trouvé Isis plus apaisée. Le second tome se termine sur un tragédie mais elle a su ici rebondir. Avoir son indépendance lui permet de s'épanouir et de se trouver. Loin des responsabilités près de sa mère, Isis découvre l'université, se fait des amis, et se relève de ses propres erreurs. Je l'ai trouvé murie et moins confuse que les tomes précédents. Son côté loufoque et décalé est toujours présent toutefois et il m'aura encore une fois bien fait rire !

On retrouve également Jack, même si je l'ai trouvé plus fermé qu'auparavant. Il n'est pas indéchiffrable ou quoi que ce soit, surtout que l'on a certains côtés de l'histoire de son point de vue, mais il est assez en retrait. Heureusement, les rapprochements entre lui et Isis coulent de source dans ce tome-ci. Puis, j'ai encore une fois aimé sa sensibilité à l'égard d'Isis. Ce garçon possède un vrai petit coeur et les joûtes verbales qui se jouent entre lui et Isis révèlent beaucoup de leurs sentiments qu'ils n'osent pas encore s'avouer.

C'est un tome plus calme que les précédents. Les intrigues arrivent à leur finalité. Les personnages ont grandi, muri, se sont calmés. Je leur ai trouvé une certaine sérénité malgré leurs soucis et les obstacles par lesquels ils passent. On voit qu'ils sont plus réfléchis et qu'ils ne sont plus dans la hâte, dans la violence, ou dans la haine. La relation nous dévoile plus de mignon, même si franchement, avec deux têtes butés comme Isis et Jack, c'est pas toujours easy-peasy !


Une fin qui me satisfait beaucoup et c'est un tome que j'ai préféré au précédent. Suivre les personnages, leurs évolutions respectives comme l'évolution de leur histoire, m'a beaucoup plu et je suis un peu émue de leur dire enfin au revoir.

lundi 19 octobre 2020

Cosy Sunday (ou Monday) (édition 2020) #29.

Bienvenue dans mon Cosy Sunday (que je publie parfois le lundi parce que j'ai oublié le dimanche) ! Dans ce rendez-vous (la plupart du temps) hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.




Coucou ! En deux semaines, j'ai réduit un peu le rythme et j'ai une bonne excuse : j'étais en vacances ! Mais j'ai quand même eu de chouettes lectures 😊 J'ai été plongée dans le YA et j'ai ressorti même des vieux de ma PAL... J'ai enfin découvert The Curse, tome 1 qui a été une lecture très addictive, ainsi qu'un premier tome très prometteur. Puis je me suis plongée dans La symphonie des abysses, tome 1 qui m'a agréable surprise par son côté doux et poétique. Et j'ai terminé une saga : Lovely Vicious, tome 3 : Je ne te hais... plus du tout qui m'aura tout aussi plu que les tomes précédents !






Sorcery of Thorns 
de Margaret Rogerson.
VF : Sorcery of Thorns.



All sorcerers are evil. Elisabeth has known that as long as she has known anything. Raised as a foundling in one of Austermeer's Great Libraries, Elisabeth has grown up among magical grimoires that rattle beneath iron chains, capable of transforming into grotesque monsters.
When an act of sabotage releases the library's most dangerous grimoire, Elisabeth is accused of treason. With no one to turn to but her sworn enemy, the sorcerer Nathaniel Thorn, and his mysteriious servant, she finds herself entangled in a centuries-old conspiracy. Not only could the Great Libraries go up in flames, but the world along with them.


➪ Pas encore commencé... Mais il me fait tellement envie !




Un livre que j'ai reçu récemment et que j'ai hâte de découvrir et un roman que l'on a choisi dans ma PAL (et qui me permet d'ailleurs de le sortir 😄).




Valmont (4/5) : Je ne dis jamais non à une adaptation de classique que j'ai adoré... et que je n'ai jamais vu. Je suis même assez étonnée d'être passée à côté de ce film. Mais quelle bonne découverte (et redécouverte de l'histoire). C'est aussi très marrant de revoir plein de têtes que l'on connaît déjà. Ce film a très bien veilli, il est indémodable.

Enemy (1,5/5) : Ce film était dans ma liste depuis un moment et ses avis négatifs m'ont assez freinée... Et au final, je comprends parfaitement les avis que j'ai pu lire ! Malgré les explications lus sur le film, je l'ai trouvé tellement fumeux et pas très accrocheur. Malgré les talents de Jake Gyllenhaal en tant qu'acteur, je vais tâcher d'oublier ce film.



Il n'y pas eu de Cosy Sunday la semaine dernière et je ne suis pas passée sur les blogs dernièrement, c'est parce que j'étais... en France ! Ca faisait très longtemps que je n'étais pas allée voir ma famille avec le covid et les restrictions mais c'est chose faite. Ma mère s'est remariée et je ne pouvais manquer ça (surtout que j'étais témoin 😊) ! Alors avec le chéri on s'est envolé et on a fait très attention à tout.
J'ai donc passé dix jours en France chez mes grands-parents au total. J'ai respiré le grand air de la campagne et de l'automne qui arrive tardivement dans leur région. Petites balades aux alentours, anecdotes, petits repas cuisinés. Comme à chaque fois, je me suis sentie chouchoutée comme si j'avais de nouveau 5 ans.
Et puis... aussi... J'ai pu enfin aller faire mon nouveau tatouage ! Je suis montée à Rouen voir Mrspopsicle et ça a été une chouette session. Après avoir dû reculer le rendez-vous une première fois, on a été contentes d'enfin pouvoir le faire ! Et... J'ai eu très mal cette fois-ci, je ne vous le cacherai pas 😅 Sur mes huit tatouages, il fait partie des deux seuls qui m'ont fait mal. Mais qu'est-ce que je l'aime quand même 💙 Du coup, je vous partage quelques photos de ces vacances !




➤  Chroniques : The Curse T1 (16,5) | La symphone des abysses T1 (16).



Je n'ai pas du tout pu passer sur les blogs donc le partage sera pour la prochaine fois ! 💕


Bonne semaine et jolies lectures à tous•tes !

mercredi 14 octobre 2020

La symphonie des abysses #1 • Carina Rozenfeld.


Vous pensiez être au paradis ?
Un gigantesque atoll, des plages de sable fin, une eau turquoise... Un mur infranchissable.
Il vous faudra d'abord vivre en enfer :
Article 1 : Tout contact physique, toute marque d'amour sont proscrits.
Article 2 : Il est interdit de chanter, d'écouter ou de faire de la musique.
Article 3 :Quiconque se livrera à ces activités illicites sera mis à mort.


J'AI AIMÉ : Les histoires respectives d'Aby, Sa et Ca, l'atmosphère assez poétique.
J'AI MOINS AIMÉ : /.


Je sors là presque un ancêtre de ma PAL... Ce roman est sorti il y a six ans et je l'ai reçu peu après. J'ai un peu perdu l'intérêt pour cette histoire, à regret, mais je suis toujours restée curieuse. C'est vraiment grâce à quelqu'un qui me l'a pioché dans ma PAL que je m'y suis mise et tant mieux ! J'ai beaucoup plus apprécié ce roman que je ne le pensais et qui a ses petits aspects poétiques très plaisants.

Dans le village d'Abrielle, la musique est le plus grand interdit. Les villageois et plus encore le Gardien en Chef, son ancien meilleur ami, garde l'oeil sur elle. Le chant l'habite, la travaille, elle a déjà chanté une fois mais on lui a bien fait comprendre de ne plus jamais recommencer. Mais une vie sans musique et guidée par la routine et les règles, ce n'est pas pour elle. Tandis que dans le village de Sa et Ca, c'est la chaleur des relations humaines, l'amour, qui leur est formellement interdit et passable de mort. Pourtant Sa et CA s'aiment, iels envisagent leurs vies ensembles, même cachés aux regards de tous. Trois vies qui vibrent sous le son des interdits, trois vies qui vont devoir faire face au choix difficile de la raison et du coeur...


Ce premier tome se divise en deux parties : l'histoire d'Abrielle et l'histoire de Ca et Sa. On commence par la vie d'Aby dans son village, ses envies de liberté héritées de son père disparu et la musique qui l'habite où qu'elle aille. Depuis le jour où elle a chanté dans son enfance, la jeune fille est devenu une paria et tout le monde a l'oeil sur elle. J'ai aimé la voir évoluer. Elle est courageuse et volontaire, prête à défendre ses envies et sa liberté. Prête à fuir aussi, à quitter tout ceux qui lui veulent du mal.

Ca et Sa m'ont tout deux touchée aussi. Ce sont des êtres Neutres, des êtres humains nés sans les gênes qui les rendent hommes et femmes. Devenir homme ou devenir femme, c'est une Cérémonie très importante à leur majorité et celle-ci approche. Ces deux-là m'ont beaucoup touchés, iels s'aiment et c'est une certitude que les interdits ne leur enlèveront jamais. Iels possèdent une sérénité, un calme, qui nous apaise aussitôt. Dans une société qui aimerait les voir séparés et qui n'autorise même pas l'amour entre parents et enfants, leurs sentiments sont une véritable bouffée d'air frais !

Aby, Sa et Ca sont trois personnages qui ne m'ont pas du tout laissée indifférente. Leurs envies de liberté se rejoignent et donnent une dimension très belle à ce premier tome. Malgré les obstacles en travers de leur route et la cruauté de certains, il y a une grande douceur et une atmosphère très poétique dans La symphonie des abysses. J'ai été transportée par cet univers paradisiaque mais semés d'interdits, par la poésie de la musique présente dans la nature, et la force de l'amour présent chez nos personnages.


Un premier tome qui a tout de suite su captiver mon attention et qui me donne très envie de découvrir la suite. C'est l'aspect très touchant et poétique qui embaume l'aventure de nos personnages qui m'aura séduite !

mardi 6 octobre 2020

The Curse #1 • Marie Rutkoski.


Fille du plus célèbre général d'un empire conquérant, Kestrel n'a que deux choix devant elle : s'enrôler dans l'armée ou se marier. Mais à dix-sept ans à peine, elle n'est pas prête à se fermer ainsi tous les horizons. Un jour, au marché, elle cède à une impulsion et acquiert pour une petite fortune un esclave rebelle à qui elle espère éviter la mort. Bientôt, toute la ville ne parle plus que de son coup de folie. Kestrel vient de succomber à la « malédiction du vainqueur » : celui qui remporte un enchère achète forcément pour un prix trop élevé l'objet de sa convoitise.
Elle ignore encore qu'elle est loin, bien loin, d'avoir fini de payer son geste. Joueuse hors pair, stratège confirmée, elle a la réputation de toujours savoir quand on lui ment. Elle croit donc deviner une partie du passé tourmenté de l'esclave, Arin, et comprend qu'il n'est pas qui il paraît... Mais ce qu'elle soupçonne n'est qu'une infime partie de la vérité, une vérité qui pourrait bien lui coûter la vie, à elle et tout son entourage.
Gagner sera-t-il pour elle la pire des malédictions ? Jeux de pouvoir, coups de bluff et pièges insidieux : dans un monde nouveau, né de l'imagination d'une auteure unanimement saluée pour son talent, deux jeunes gens que tout oppose se livrent à une partie de poker menteur qui pourrait bien décider de la destinée de tout un peuple


J'AI AIMÉ : Le personnage de Arin, le côté addictif.
J'AI MOINS AIMÉ : /.


The Curse est un premier tome qui traînait dans ma PAL depuis très longtemps. Je zieute un peu plus ma PAL poussière ces derniers temps et j'ai décidé de piocher celui-ci que je ne pensais surtout pas qu'il resterait plus de quelques mois. Au final, je suis bien contente qu'il ait reposé un peu parce que j'ai su l'apprécier à sa juste valeur. Je me suis plongée dedans en ayant oublié tous les bons avis lus à l'époque et j'ai adoré ma lecture !

Kestrel a toujours évité le marché aux esclaves... Depuis que son peuple a réduit les Herranis en esclavage et pris leurs terres, la jeune fille a toujours été quelque peu mal à l'aise face à l'idée de posséder quelqu'un. Mais quand le marchand présente un jeune homme qui se rebelle, et à qui le sort en réponse sera sûrement funeste, Kestrel prend les devants. Malheureusement, elle ne sait que faire de lui ni comment se conduire à ses côtés. Entre avancées maladroites, confessions, rancoeurs enfouies, colères, les deux jeunes gens sont peut-être trop opposés pour se comprendre...


Même si j'ai apprécié le personnage de Kestrel que l'on suit majoritairement dans ce premier tome, j'ai eu du mal avec son côté un peu naïf sur les responsabilités de son peuple. Elle a grandi en étant du côté de l'opresseur, de ceux qui ont réduit en esclavage un peuple. Même si on comprend qu'elle n'aime pas trop ça, elle ferme beaucoup les yeux et a du mal à comprendre la place d'Arin, surtout quand celui-ci lui parle ou quand elle entrevoit des bribes de son passé à jamais perdu.

Je peux comprendre ce côté un peu lobotomisé parce que Kestrel a une vie oisive, avec un père haut placé, des amis aristocrates, mais j'ai du mal à le lui pardonner ou à compatir pour elle et les siens. Par contre, j'ai vraiment adoré le personnage d'Arin et les passages de son point de vue. C'est un jeune homme qui a tout perdu, qui a été humilié, réduit à rien, et qui garde tout son esprit calculateur, stratège, et son coeur sensible. Kestrel qui est également une as en matière de ruse a trouvé un adversaire à sa hauteur.

Et leur relation est spéciale et compliquée. Déjà, difficile de partir sur un niveau d'égalité quand les deux font partie de deux peuples opposés, dont un qui a toutes les raisons de vouloir réduire en cendre le second. Ils ne savent pas que faire de ce qu'il y a entre eux, de ce non-dit qui prend toute la place et qui les empêche parfois de réfléchir posément. Les enjeux politiques prennent une grande place entre eux et sont également trop importants pour pouvoir les mettre de côté. Tout ça est bien addictif. Ils avancent à tâtons, ils s'apprécient, ils se déchirent aussi.


L'aventure de ce premier tome fait passer les personnages par une ribambelle d'émotions et nous avec ! Ce début nous entraîne vraiment dans une histoire qui cache bien son jeu et qui a tout à nous révéler encore !

Decorated Christmas Tree