samedi 21 novembre 2020

L'année de grâce • Kim Liggett.


« Personne ne parle de l’année de grâce. C’est interdit.
Nous aurions soi-disant le pouvoir d’attirer les hommes et de rendre les épouses folles de jalousie. Notre peau dégagerait l’essence pure de la jeune fille, de la femme en devenir. C’est pourquoi nous sommes bannies l’année de nos seize ans : notre magie doit se dissiper dans la nature afin que nous puissions réintégrer la communauté.
Pourtant, je ne me sens pas magique.
Ni puissante. »
Un an d’exil en forêt.
Un an d’épreuves.
On ne revient pas indemne de l’année de grâce.
Si on en revient.


J'AI AIMÉ : L'héroïne, le rythme de l'histoire.
J'AI MOINS AIMÉ : Le manque d'enjeux.


J'ai beaucoup entendu parler de L'année de grâce ces derniers temps. J'ai lu de tout ; de bons avis comme des déceptions. Sans le Club Lecture dont je fais partie, je ne pense pas que je lui aurais donné sa chance honnêtement... Mais je suis contente de l'avoir fait. Dans son ensemble, j'ai bien apprécié ma lecture ! Malgré des petites faiblesses dans l'univers ou des choses qui m'ont manqué pour pleinement me convaincre, j'ai su m'attacher aux personnages et j'ai voulu savoir ce qui leur arriverait !

L'année de grâce, personne n'en parle. Pas même les premières concernées, pas même entre femmes ou entre mères et filles. Tierney a su rassembler quelques indices sur cette année terrible d'exclusion, qui permet apparemment de faire disparaître la magie des jeunes filles. La magie séductrice qui fait tant peur aux hommes. Une magie à laquelle Tierney ne croit pas. La jeune adolescente n'est pas dupe. Elle comprend le stratagème des hommes, la solitude des femmes, et les responsabilités qui pèsent sur elles, prisonnière d'une société foncièrement misogyne. Mais même à l'écart pour leur année de grâce, seulement entre filles, les menaces plânent et tout le monde n'en revient pas...


En entrant dans L'année de grâce, on entre dans un univers profondément patriarcal et misogyne. Qu'elles soient physiques, psychiques, systémiques, ordinaires, les violences envers les femmes sont nombreuses. Ce n'est pas toujours facile à lire. Même les femmes ne sont pas aimables entre elles, forcées par un climat qui leur veut du mal. C'est très immersif et ça marche vraiment bien sur moi dans le sens où je crains toujours pour la vie des personnages et je m'attache facilement à eux. Toutefois, c'est le manque d'enjeux pour contrer cette violence qui a peut-être pêché pour moi, donnant un sentiment parfois d'univers violent gratuitement. On voit des esquisses de rébélions mais ça m'a laissée un goût de trop peu, même si je comprends qu'on ne peut pas tout changer du jour au lendemain.

A côté de ça, j'ai quand même bien aimé ma lecture. Le rythme est fluide et intense. Les saisons se succèdent et Tierney tente de survive à son année de grâce. Il y a des allures de Hunger Games, comme certains avis que j'ai pu lire le relèvent aussi. J'ai bien accroché à l'héroïne en tout cas. Malgré le passage avec Ryker que j'ai du mal à comprendre du point de vue moral (la situation et leurs rôles respectifs ne sont pas du tout propices aux sentiments, sincèrement). Tierney est dans l'ensemble une héroïne qui tient la route. Elle est volontaire, réfléchie, a les pieds sur terre. Dans une situation de survie comme celle-ci, elle a tant à découvrir sur elle-même, sur les autres femmes, et sur la société qui les régisse.

J'ai également apprécié Gertie, qui est sûrement la seule véritable alliée de Tierney. Et Kiersten est quant à elle une némésis convaincante, créant des situations vraiment angoissantes, dans un univers qui est déjà anxiogène. Je n'aurais pas dit non à une sororité plus prononcé dans ce roman entre les jeunes filles et les femmes, surtout vu la misogynie ambiante. On comprend cependant facilement pourquoi chacune se voit comme des rivales, les hommes ont tout à y gagner et l'atmosphère du roman est encore plus convaincante et stressante. Après, cest là où les enjeux m'ont manqué. Nous sommes dans les conséquences d'une société patriarcale poussée mais je n'ai pas senti qu'on essayait vraiment d'en sortir.


Quelques défauts au rendez-vous à mes yeux, certes, mais j'ai quand même apprécié ma lecture. Son rythme effréné et son atmosphère pesante ont finalement bien marché sur moi.

tâches d'encre

  1. Je vois ce livre partout en ce moment ! Et l'univers m'intrigue beaucoup. Je vais me le noter :)

    RépondreSupprimer
  2. Ce roman fait déjà partie de ma wishlist et tu me tentes encore un peu plus! :D

    RépondreSupprimer
  3. J'avais effectivement lu de tout sur ce roman... Mais ta chronique me donne envie de lui laisser une petite chance, car les thématiques m'intrigue ! Je vais le noter dans ma wish-list 😊

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree