dimanche 23 juillet 2017

Sunday's books #124.

Sunday's books est un rendez-vous hebdomadaire crée par Saefiel.
Pour ma part, il y aura trois parties:
« Mes petites lectures » qui reprend mes lectures passées, en cours, et à venir, comme le C'est lundi.
« L'espace cocon » qui remplace le Lifetime car je n'aime pas spécialement parler de ma vie, alors je parlerai plutôt plutôt de choses comme séries, photos, etc, à voir.
« Côté blogs » qui récapitule mes articles de la semaine et où je partagerai les chroniques qui m'ont marquée sur les blogs que je suis activement.

---
---

Ce que j'ai lu cette semaine:

Une très bonne semaine, une fois encore ! Ce mois de Juillet est vraiment fantastique du côté de mes lectures ;) J'ai passé un très bon moment avec Londres la ténébreuse T2: La bête de l'ombre, un second tome qui approfondit l'univers avec un couple très passionnel. Et j'ai eu un coup de cœur incroyable pour Shades of Magic T3: A Conjuring of Light qui conclut la saga avec brio ♥

Ce que je suis en train de lire en ce moment:




La Passe-Miroir, tome 2: Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos.
(Résumé du tome 1) Sous son écharpe élimée et ses lunettes de myope, Ophélie cache des dons singuliers: elle peut lire le passé des objets et traverser les miroirs. Elle vit paisiblement sur l'arche d'Anima quand on la fiance à Thorn, du puissant clan des Dragons. 
La jeune fille doit quitter sa famille et le suivre à la Citacielle, capitale flottante du Pôle. A quelle fin a-t-elle été choisie ? Pourquoi doit-elle dissimuler sa véritable identité ? Sans le savoir, Ophélie devient le jouet d'un complot mortel. 





Ce que je vais lire ensuite:

Je compte m'attaquer à la suite du Mercy Thompson avec le T5 (j'avance dans la série mine de rien ^^) ! Et j'aimerais bien aussi découvrir Le tueur à l'as de pique dont le résumé me plaît bien !

---
---

• Petit blabla •

Je publie quelques chroniques dans la semaine, mais ce n'est pas pour autant que je suis très présente, j'en suis désolée ^^' Je n'ai pas accès à internet sauf chez mon voisin, donc c'est un peu short... Mais aussi, mes vacances ne sont pas terminées et je cours, je cours, je cours. Je n'ai pas une minute à moi et c'est dans le bon sens cette fois-ci (oui parce qu'en mai, j'ai pris 10 jours et c'était surtout des trucs moins chouettes comme des rendez-vous médicaux et de l'administratif haha).


Je suis à Digne-les-bains, où ma famille y possède une maison, mais je voyage beaucoup autour afin de revoir des têtes que je n'ai pas vu depuis quelques années ♥ ou bien de me rendre à mes endroits préférés, chargés de charmes ! J'ai fait quelques petits tours à Aix en Provence, Sisteron, Manosque, et des petits villages à côté, et des baignades dans des rivières méconnues et connues seulement des locaux. Et ça fait tellement de bien !


Mais ça se termine... Je reprends déjà l'avion Mercredi. Ça y est. Je vais retrouver mon chéri et mes deux chats d'amour. Je vais retrouver mon cocon irlandais. Mes habitudes. Mes livres. Et mon blog. Avant ça, j'espère bien profiter de mes derniers jours comme il se doit ;)

---
---

Sur le blog cette semaine:


Chez les autres:

- Les lectures de Marinette s'est plongée dans Animale T2 et a frôlé le coup de coeur (pour mon plus grand plaisir) !


Je vous souhaite une bonne semaine et de bonnes lectures !
Bisous ♥

vendredi 21 juillet 2017

A Conjuring of Light (Shades of Magic #3) • V.E. Schwab.




Shades of Magic, book 3: A Conjuring of Light
de V.E. Schwab.
VF: (VF en prévision).
Genre: Fantasy, YA.
Mon édition: Titan Books.
666 pages.




Résumé: The precarious equilibrium among the four Londons has reached its breaking point. Once brimming with the red vivacity of magic, darkness casts a shadow over the Maresh Empire, leaving a space for another London to rise. Kell èonce assumed to be the last surviving Antari- begins to waver under the pressure of competing loyalties. Lila Bard, once a commonplace -but never common- thief, has survived and flourished through a series of magical trials. But now she must learn to control the magic, before it bleeds her dry.
Meanwhile, the disgraced Captain Alucard Emery and the Night Spire crew are attempting a race against time to acquire the impossible, as an ancient enemy returns to claim a crown and a fallen hero is desperate to save a decaying world.


20/20.

  • J'AI AIMÉ: TOUT, la force des personnages, l'univers incroyable. 
  • J'AI MOINS AIMÉ: /.

/!\ Spoilers évidents si vous n'avez pas lu les tomes précédents /!\

Je suis au bout de ma vie ; à la fois entière et complètement dévastée. J'ai vécu cette trilogie avec toutes mes tripes, et c'est déjà la fin... Une fin magistrale ! Une fin à la hauteur de toutes mes attentes ! Une fin à la hauteur des personnages incroyables et de l'univers saisissant que j'ai suivi pendant trois tomes ! Ce tome était si parfait. De A à Z, zéro faute. J'ai dévoré avidement les aventures de Lila, Kell, Rhy, Alucard, et Holland, j'ai plongé avec eux dans les ténèbres qui s'emparent de Londres, j'ai plongé dans toutes leurs émotions, et je suis loin d'en ressortir indemne. Tous ces personnages font partie désormais de moi et jamais, ô jamais, je ne les oublierai.

Osaron a soif de pouvoir, il en veut plus, et toujours plus... et ce que lui offre Holland n'est pas assez. En revanche, le Londres de Kell respire tout ce à quoi il aspire ; la magie, la vie, l'opulence
Mais, dans le Londres rouge, l'empire Maresh n'a aucune idée de la menace qui plane et quand celle-ci s'installe, c'est un vent de terreur et la royauté nage en plein doute. Le roi, la reine, Rhy, et même Kell sont sous le choc. C'est une véritable course contre la montre qui se met en route, et Alucard et Lila ne comptent pas laisser la couronne faire face seule...

Caring was a thing with claws. It sank them in, and didn't let go. Caring hurt more than a knife to the leg, more than a few broken ribs, more than anything that bled or broke and healed again. Caring didn't break you clean. It was a bone that didn't set, a cut that wouldn't close.
It was better not to care -Lila tried not to care- but sometimes, people got in.
L'énorme point positif de cette trilogie, ce sont vraiment les personnages. Je les ai dans la peau ! Je les aime, je les chéris, j'ai envie de les cajoler, ils sont tous dans mon cœur, et dans ce troisième et dernier tome, ils m'en ont fait voir des couleurs comme jamais. Tous sont approfondis avec minutie et le lecteur peut tantôt s'identifier à l'un ou à l'autre, ou se prendre d'affection ; dans tous les cas, il est plus que difficile de les départager et d'avoir UN seul favori. Mon cœur est personnellement déchiré entre Kell, posé, respectueux, loyal, et Holland, un personnage incroyablement construit depuis le premier tome et qui suit une évolution de folie. Mais, Lila est parfaite aussi, un vrai modèle. Et Alucard et Rhy me touchent toujours autant, ensemble comme séparément. Les relations entre tout ce beau monde sont touchantes, passionnantes, intrigantes, piquantes, belles... Ces cinq-là m'ont fait vibrer à un point innommable, ce fut tout simplement fantastique !

Emira rocked back as if struck. "I do not hate him, though I wish I could. You have a blindness when it comes to each other, and it terrifies me. I don't know how to keep you safe."
"You don't have to," said Rhy, getting to his feet. "Kell has done it for you. He's given his life, and saints know what else, to save -to salvage- me. Not because I am his prince. But because I am his brother. And I will spend every day of this borrowed life trying to repay him for it." 
"He was meant to be your shield," she murmured. "Your shelter. You were never meant to be his."
Rhy shook his head, exasperated. "Kell isn't the only one you failed to understand. My bond with him didn't start with this curse. You wanted him to kill for me, die for me, protect me at all costs. Well, Mother, you got your wish. You simply failed to realize that that kind of love, that bond, it goes both ways. I would kill for him, and I would die for him, and I will protect him."

L'histoire est la continuité directe du second tome, qui nous a préparé tout le long à ce dernier tome explosif et prenant. Ici, pas un instant l'auteure nous laisse souffler. Les actions s'enchaînent, les émotions aussi, et ce fut vraiment à chaque fois un crève-cœur de devoir reposer le livre. Ce fut littéralement un bouleversement émotionnel pour moi, parce que les personnages sont de vraies réussites, comme on en voit rarement, et qu'ils sont plongés dans un univers sombre, violent, mystérieux, et qui fait pourtant TANT envie !

Car oui après les personnages, le second énorme point positif, c'est l'univers. Même si on se concentre entièrement (ou presque) sur le Londres rouge dans lequel tout nos personnages principaux progressent, jamais on oublie la présence des autres Londres. Je suis totalement charmée par ce monde de magie, de mystères, d'actions, où rien n'est manichéen, où chaque page révèle une nouvelle surprise, un nouvel étonnement, un personnage intrigant. C'est un univers riche et dense qui entraîne le lecteur dans une imagination sans limite. Le monde créé par Victoria Schwab se devine immense. C'est un monde tellement vaste, tellement ouvert, que ce tome signe peut-être la fin d'une aventure, mais le lecteur, lui, peut s'en imaginer des milliers d'autres.

  • EN CONCLUSION: A Conjuring of Light est un dernier tome tout simplement parfait, un magnifique coup de cœur qui su m'entraîner au delà de ce que j'en attendais. Je savais que j'adorerais, mais à ce point, c'est tout simplement magique. 

Tomes précédents:
Saga terminée

Prochaine lecture: La Passe-Miroir, tome 2: Les disparus du Clairdelune de Christelle Dabos.

mardi 18 juillet 2017

La bête de l'ombre (Londres la ténébreuse #2) • Bec McMaster.




Londres la ténébreuse, tome 2: La bête de l'ombre
de Bec McMaster.
Genre: Fantasy, bit-lit.
Mon édition: J'ai lu (Crépuscule).
449 pages (ebook).





Résumé: À Whitechapel, où règnent en maître les membres de l’Échelon, qui pourrait soupçonner la charmante Lena Todd de quelconque traîtrise envers les siens ? Pourtant, en secret, elle a embrassé la cause humaniste, espérant défier les redoutables sangs bleus qui gouvernent Londres. Mais alors qu’elle est en possession d’un billet confidentiel et d’une extrême importance, qu’on lui a récemment remis, elle se fait démasquer par Will Carver. Le loup-garou au terrible passé. Celui que chacun surnomme la Bête et qu’elle désire au plus profond d’elle-même... Et si la menace ne venait pas que des sangs bleus ? Et si Lena devait-t-elle se méfier de son amour pour Will ?


17/20.

  • J'AI AIMÉ: L'univers, toujours aussi addictif.
  • J'AI MOINS AIMÉ: /.

A l'image du premier tome, ce second tome est addictif et prenant, et je n'en ai fait qu'une bouchée ! Encore une fois, le goût de la découverte a frappé avec le premier tome, m'offrant un petit coup de cœur, qui ne s'est malheureusement pas réitéré... mais ça ne veut rien dire parce que je me suis tout de même régalée ! Lena et Will forment un couple définitivement différent d'Honoria et Blade, mais tout aussi passionnant: et pour cause, ils ont une relation passionnelle !

Trois ans se sont écoulés depuis le mariage d'Honoria et Blade, et depuis la rencontre entre Lena et Will, qui font tout deux des étincelles... Depuis, Lena est repartie au sein des sangs-bleus qui régissent Londres, l’Échelon, pour reprendre son apprentissage pour devenir une esclave, un statut très prisé. Mais, plongée dans cet univers plus dangereux, où les protecteurs se mélangent aux prédateurs, Lena est de plus en plus tentée par la cause humaniste.

C'est un second tome qui approfondit complètement l'univers rencontré et c'est un énorme plaisir, je suis complètement charmée 😍 ! Ce Londres est dépaysant, dangereux, mais il est si mystérieux qu'il donne envie. Tout est régi par des sangs-bleus intransigeants, et qui contrôlent toute la population: humains, mécaniques, sangs-bleus renégats, et loups-garous. Et ces confrontations entre espèces est au centre de ce second tome et notamment avec le personnage de Will, qui est un loup-garou dont la liberté a toujours été un luxe... et qui est même surnommé « la Bête ».

« - Tu te qualifies toi-même de bête, Will, parce que tu es convaincu d'en être une. Une partie de toi est persuadée qu'elle ne vaut pas mieux que ce qu'Ils disent. (Elle inspira en tremblant et poursuivit :) Tu rechignes à écouter mes leçons parce que tu détestes l'Échelon, mais je ne fais pas que t'aider à t'intégrer, j'essaie de te montrer une autre manière de vivre.
Un silence s'installa entre eux. Will la dévisageait, l'air choqué plutôt que furieux. Galvanisée, Lena fit un pas vers lui.
- Accepte mes instructions, chuchota-t-elle. Sers-t'en pour devenir celui que tu veux être. Force l'Échelon à te regarder dans les yeux. Mets-les au défi de te traiter comme un homme. Un homme dangereux, si tu veux, mais pas... pas un animal. »

Lena et Will possèdent une très chouette alchimie. J'ai aimé que trois ans s'écoulent entre le tome précédent et celui-ci. Lena a grandi, et nous avons trois ans à rattraper: entre leur première rencontre et l'intrigue dans laquelle nous nous plongeons ici, il s'en est passé des choses entre eux. Leur relation est passionnelle, c'est un jeu du chat et de la souris où Lena ne sait pas sur quel pied danser avec Will et Will n'ose pas l'approcher à cause du virus du loupe qui coule dans ses veines. Ils éprouvent tout deux des sentiments et des émotions fortes chacun de leur côté, sans savoir si c'est véritablement réciproque...

« Le corps de Lena frissonna contre lui, mais il posa un doigt sur ses lèvres.
- Je pourrais mourir pour toi, ajouta-t-il. Je tuerais pour toi. J'ai tenu tête aux mécaniques, aux humanistes, j'ai enduré tes leçons de bonne conduite. Pour toi. J'ai dansé lors d'un bal, pour toi. »

Will est celui qui m'a le plus touchée. Déjà, nous le connaissons depuis le premier tome, où il nous est présenté comme quelqu'un de réfractaire aux femmes depuis son enfance et comme quelqu'un d'assez bourru et de taciturne. Les loups-garous ne sont pas libres au Royaume-Uni et Will ne doit que son semblant de liberté grâce à Blade qui dirige Whitechapel, à l'écart de l'Échelon. Will a donc beaucoup de difficultés à faire confiance et à s'ouvrir aux autres. Lena, de son côté, est plutôt secrète et à l'aube de sa vie d'adulte. Elle se cherche, côtoyant l'Échelon, les humanistes, et aussi le repaire où vivent sa sœur et son mari, voulant se battre pour une cause juste.

  • EN CONCLUSION: Une seconde intrigue qui entraîne le lecteur plus profondément dans l'univers original présenté par l'auteure. Je suis complètement conquise par l'ambiance, les mystères, les petits complots, qui servent la romance. Je suis déjà impatiente de lire la suite !

Tome précédent:

Prochaine lecture: Shades of Magic, tome 3: A Conjuring of Light (VO) de V.E. Schwab.

dimanche 16 juillet 2017

Sunday's books #123.

Sunday's books est un rendez-vous hebdomadaire crée par Saefiel.
Pour ma part, il y aura trois parties:
« Mes petites lectures » qui reprend mes lectures passées, en cours, et à venir, comme le C'est lundi.
« L'espace cocon » qui remplace le Lifetime car je n'aime pas spécialement parler de ma vie, alors je parlerai plutôt plutôt de choses comme séries, photos, etc, à voir.
« Côté blogs » qui récapitule mes articles de la semaine et où je partagerai les chroniques qui m'ont marquée sur les blogs que je suis activement.

---
---

Ce que j'ai lu cette semaine:

J'ai vraiment passé une excellente semaine ! Cette moitié de mois s'est vraiment déroulé à merveille. J'ai découvert le pétillant Allô Sorcières T1: Viser la lune, et ce fut un petit coup de cœur pour ce roman jeunesse qui respire la joie ! Puis, je me suis jetée sur Elements T3: The Silent Waters, un troisième tome bouleversant à l'image des tomes précédents. J'ai terminé ma semaine avec Londres la ténébreuse T1: La fugitive de Whitechapel, que j'ai littéralement dévoré. L'univers orignal et le côté addictif m'a totalement conquis.

Ce que je suis en train de lire:




Londres la ténébreuse, tome 2: La bête de l'ombre de Bec McMaster.
À Whitechapel, où règnent en maître les membres de l’Échelon, qui pourrait soupçonner la charmante Lena Todd de quelconque traîtrise envers les siens ? Pourtant, en secret, elle a embrassé la cause humaniste, espérant défier les redoutables sangs bleus qui gouvernent Londres. Mais alors qu’elle est en possession d’un billet confidentiel et d’une extrême importance, qu’on lui a récemment remis, elle se fait démasquer par Will Carver. Le loup-garou au terrible passé. Celui que chacun surnomme la Bête et qu’elle désire au plus profond d’elle-même... Et si la menace ne venait pas que des sangs bleus ? Et si Lena devait-t-elle se méfier de son amour pour Will ? 




Ce que je vais lire ensuite:

Et je compte rester à Londres, avec Shades of Magic T3, le dernier tome de la trilogie ! Ce tome me fait peur... mais qu'est-ce que j'ai hâte aussi :)

---
---

Sur le blog cette semaine:


Chez les autres:

- Darcybooks s'est plongé dans l'intense Forbidden !
- Les lettres de Sel a eu un coup de coeur pour La Passe-Miroir T1.
- Echos des mots a beaucoup été touchée par Ginny, l'héroïne de Ginny Moon.
- Bunny's books a été captivée par Nil T1.


Je vous souhaite une bonne semaine et de belles lectures !
Bisous ♥

samedi 15 juillet 2017

La fugitive de Whitechapel (Londres la ténébreuse #1) • Bec McMaster.



Londres la ténébreuse, tome 1: La fugitive de Whitechapel
de Bec McMaster.
Genre: Fantasy, bit-lit.
Mon édition: J'ai lu (Crépuscule).
469 pages (ebook).




Résumé: Sans le sou, en charge de ses petits frère et sœur, Honoria Todd s’installe à Whitechapel, où elle espère échapper au terrible lord Vickers. Mais dans cet obscur quartier de Londres, où peu de personnes se risquent, les bandits règnent en maîtres. Et trouver refuge en ce lieu pourrait tout aussi bien jeter Honoria entre les mains du légendaire et redoutable Blade. Ce sang bleu renégat est l’ennemi juré de Vickers. Quand Blade propose justement à Honoria un marché, cette dernière accepte, en échange de sa protection. Mais à ses yeux, est-elle un instrument de vengeance contre Vickers ou sa seule chance de rédemption ?


18/20.

  • J'AI AIMÉ: Univers original, le côté addictif.
  • J'AI MOINS AIMÉ: /.

Londres la ténébreuse était vraiment une saga qui m'intriguait de plus en plus, mais, pour être honnête, je ne savais pas du tout de quoi il en retournait vraiment et ce fut la surprise totale. Et quelle excellente surprise ! L'aspect steampunk me faisait un peu peur, puisque ce n'est pas tout à fait ma tasse de thé, mais c'est passé comme une lettre à la poste. J'ai découvert un univers original, avec un côté bit-lit assez innovant, et ma foi, des personnages qui vont très bien ensemble.

Pour fuir Vickers, un sang bleu particulièrement vicieux, Honoria n'a pas eu d'autre choix que de se fondre dans la masse de Whitechapel et d'adopter un nouveau nom avec son frère et sa sœur. Ce quartier malfamé est bien le seul à ne pas être régi par les mêmes lois que les autres, puisqu'il est sous la tutelle du « diable de Whitechapel » qui a durement gagné ses droits. Seulement, pour fuir un monstre, Honoria se retrouve dans les bras d'un nouveau ; le diable de Whitechapel en question connaît très bien sa population, et cette nouvelle venue n'est pas passée inaperçue.

« Un cigare apparut entre les doigts nus de sa main gauche. Son autre main était gantée et posée sur le dos d'un énorme matou qui l'observait avec une expression maléfique. Elle capta une lueur verte et s'aperçut que Blade l'observait avec autant d'attention qu'elle.
- Qu'est-ce qui va pas, ma belle ? T'as perdu ta langue ?
Il caressa la gorge noire du chat. Celui-ci étira son cou en fermant ses yeux jaunes de plaisir. Une cicatrice traversait la gueule du matou, déformant ses traits, et son oreille gauche était dans un piteux état. Son profond ronronnement emplissait la pièce.
Honoria tressaillit.
- C'est une menace ? Ou simplement une manière grossière d'accueillir une personne ? »

Je m'attendais vraiment à un univers profondément steampunk, et finalement, si l'univers possède ce petit côté là, ce n'est pas à l'excès (pour quelqu'un qui n'est pas initié comme moi). L'auteure revisite totalement Londres et d'une manière qui m'a beaucoup plu. Le lecteur est dépaysé, peut-être un peu perdu au départ car l'univers est tout de même plus complexe qui n'y paraît, mais on est tellement immergé dans l'histoire qu'on ne se casse finalement pas la tête plus que ça. Les codes de la bit-lit sont également repris et remanié à une sauce différente (et plutôt délicieuse). Les vampires et les loups-garous sont là, mais utilisés de façon moins binaire que dans d'autres romans ; un sang bleu est un vampire comme on les connaît, mais, ici, un vampire est quelque chose d'autre et de bien identifié... Ce mélange de steampunk, fantasy, bit-lit, offre un cocktail passionnant et addictif !

Dans cet univers, nous rencontrons tout d'abord Honoria. Honoria et ses secrets, sa vie de fugitive. Ce personnage ne se dévoile à nous qu'au compte-goutte. Si on a une longueur d'avance sur Blade qui piétine dans la semoule comme il faut avec elle, on est tout de même logé plus ou moins à la même enseigne. Le lecteur doit gagner la confiance d'Honoria pour pouvoir découvrir les cachoteries qu'elle nous fait, pour découvrir son passé, ses craintes, et ses sentiments.

« - Tu t'inquiètes pour moi, ma belle ?
- Qui d'autre pourrait me payer comme vous ? répondit-elle, avant d'ajouter plus doucement : Et je n'ai aucune envie qu'il vous arrive du mal. Ni à aucun de vos hommes.
Un sourire passa sur les lèvres de Blade, creusant des fossettes sur ses joues. En réalité, Blade était particulièrement beau quand il souriait. Elle ne put s'empêcher de rester sans voix quelques secondes.
- Bien sûr, dit-il, je leur passerai le message. Quant à moi... (Il se rapprocha, avec une voix plus grave.) Je vais te remercier moi-même. »

Et puis il y a Blade, un sang bleu renégat, le genre qu'Honoria a bien envie de fuir. Il est un peu rustre, mais patient, mystérieux, et plutôt très intriguée par cette fugitive qui a pris un faux nom. Très rapidement, nous sentons bien que la curiosité qu'il éprouve vis à vis de la jeune femme n'est qu'une manifestation de son inclination pour elle. Blade est plutôt transparent avec nous et ça nous le rend de suite très attachant. Le voir essuyer rejet sur rejet par la personne qui hante ses pensées m'a d'ailleurs bien amusée.

  • EN CONCLUSION: Ce premier tome est prometteur au point du petit coup de cœur ! C'est une lecture qui m'a entraînée en moins de temps qu'il n'en faut pour dire « waw » et qui possède ses codes propres, ainsi que son originalité, qui font la différence. J'ai tellement aimé que le second tome se trouve être ma prochaine lecture !

Prochaine lecture: Londres la ténébreuse, tome 2: La bête de l'ombre de Bec McMaster.

vendredi 14 juillet 2017

The Silent Waters (Elements #3) • Brittainy Cherry.




Elements, tome 3: The silent waters
de Brittainy Cherry.
Genre: Romance contemporaine.
Mon édition: Hugo Roman (New Romance).
447 pages.





Résumé: Notre vie est faite de moments. Certains sont terriblement douloureux et chargés des chagrins d'hier. D'autres sont merveilleusement optimistes et gros des promesses de demain.
J'ai connu beaucoup de moments dans ma ie, des moments qui m'ont changée, des moments de défi. Des moments qui m'ont effrayée et m'ont submergée. En tout cas, au cours des moments les plus importants -des plus déchirants aux plus incroyables-, il était toujours là.
J'avais huit ans quand j'ai perdu a voix. Une partie de moi m'a été volée, et la seule personne qui pouvait vraiment entendre mon silence était Brooks Griffin. Il était la lumière de mes jours sombres, la promesse du lendemain, jusqu'à ce que la tragédie le rattrape. Une tragédie qui a fini par le noyer dans un océan de souvenirs.
C'est l'histoire d'un garçon et d'une fille qui s'aimaient l'un l'autre; mais qui ne s'aimaient pas eux-mêmes. Une histoire de vie et de mort. D'amour et de promesses brisées.


18/20.

  • J'AI AIMÉ: Le personnage de Maggie, l'émotion suscitée.
  • J'AI MOINS AIMÉ: Un manque de rapprochements parfois.

C'est un sans faute pour Brittainy Cherry et cette saga ! Même si je n'ai pas eu un coup de cœur pour ce troisième tome, les personnages m'ont bouleversée et, dès la première partie, des larmes ont été versées. L'auteure a un don pour conter des histoires dramatiques mais pleine d'espoir. Dans la lignée des tomes précédents, The silent waters est une romance faite de vagues qui nous en fait voir de toutes les couleurs !

Suite à un traumatisme de son enfance, Maggie a perdu sa voix et n'arrive plus à sortie de chez elle. Son mutisme est peu compris, et notamment par sa mère qui ne sait plus comment se comporter. Mais, une personne a toujours été là et lui a toujours témoigné une certaine affection: Brooks Griffin, le meilleur ami de son frère. Il y a entre eux une entente mutuelle et une compréhension qui se passe de la parole. Seulement, avec ses failles, ses maux, et ses difficultés à vivre une vie normale, Maggie ne se sent pas à la hauteur de son ami, qui est, lui, promis à un grand avenir.

Maggie:
« Ce que je n'avais pas prévu, c'étaient les peurs qui allaient avec le véritable amour. La peur de ne pas être à la hauteur de ce qu'il attendait. La peur qu'il en trouve une autre. La peur qui venait avec l'idée que parfois cela valait le coup de mourir pour son amour. La peur que l'amour puisse ne pas être suffisant, parfois. Aimer quelqu'un, c'était s'exposer au risque que cette personne vous quitte un jour, et tout ce que je voulais, c'est que Brooks ne parte jamais.
Je tapai délicatement sur son épaule, et il s'agita dans son sommeil. j'attendis qu'il soit suffisamment réveillé pour lire.
Tu dors ?
- Je dors, dit-il avec un sourire moqueur. Tu es encore en train de te prendre la tête ?
Il me connaissait trop bien. Je frôlai son oreille de mes lèvres avant de l'embrasser dans le cou.
Me promets-tu de m'aimer d'un amour semblable à celui qui est décrit dans les romans que je lis ?
Il fit non de la tête en bâillant. Il passa le bras autour de moi et me serra contre lui, m'envahissant de sa chaleur.
- Non, Maggie May. Je te promets beaucoup plus que ça. »

C'est une romance qui est moins plongée dans la romance que The air he breathes ou The fire. C'est peut-être ce qui m'a un poil manqué car, même si on sent toute la tendresse que ressentent Maggie et Brooks, toute leur complicité, on les suit tout de même sur beaucoup d'années et je n'ai pas toujours compris les rapprochements soudains. Il est assez vrai que mon cœur de midinette aurait aimé que l'on tâtonne un peu, qu'on suive une certaine séduction, qui aurait allégé un peu le drame qui entoure Maggie.

Cependant, ça reste une excellente lecture, avec laquelle je suis passée du sourire aux larmes. Le personnage de Maggie est un personnage bouleversant, qui s'est brisée à l'âge de huit ans seulement. Le lecteur est en totale empathie avec elle et ne lui souhaite toujours que le meilleur (et ce, qu'elle retrouve l'usage de la parole ou que son mutisme perdure, ce n'est plus ce qui compte à nos yeux quand on est plongé dans ce roman). The Silent Waters aborde une nouvelle fois des thèmes sensibles avec beaucoup d'émotions, beaucoup de respect, et d'une manière qui ne peut que nous émouvoir.

Brooks:
« Elle mis ses mains dans les miennes, et nous restâmes assis, totalement immobiles et silencieux, à nous regarder dans les yeux pendant cinq minutes. La première minute, nous ne pouvions pas nous retenir de rire. On se sentait un peu ridicules. La deuxième minute, nous ricanions encore un peu. A la troisième minute, Maggie se mit à pleurer. A la minute quatre, nous pleurions tous les deux, parce que rien ne me rend aussi triste que de voir de la tristesse dans ses yeux. A la cinquième minute, nous souriions.
Elle laissa échapper le souffle qu'elle retenait, et je relâchai le mien.
C'était libérateur de ressentir tant de choses avec quelqu'un qui les ressentait aussi. »

Même si j'ai trouvé qu'il manquait de rapprochements entre Maggie et Brooks, leur relation reste la continuité d'une amitié d'enfance et d'une amourette d'adolescents qui est très touchante. La place des livres et de la musique a une importance capitale pour tout deux, ce sont des moments de paix, de silence, où énormément de choses sont partagées. C'est un amour plein de douceur et d'une entente incroyable, comme Brittainy sait si bien créer dans ses romans. 

  • EN CONCLUSION: Encore une nouvelle fois, j'ai beaucoup été touchée et j'ai adoré la plume de l'auteure qui nous offre des personnages approfondis, prenants, avec un relief dingue (Maggie, Brooks, mais leurs familles et leurs amis, aussi !). Ce n'est pas un coup de cœur, mais il s'en est fallu de très peu !

Tomes précédents:

Prochaine lecture: Londres la ténébreuse, tome 1: La fugitive de Whitechapel de Bec McMaster.

mardi 11 juillet 2017

Viser la lune (Allô Sorcières #1) • Anne-Fleur Multon.




Allô Sorcières, tome 1: Viser la lune
d'Anne-Fleur Multon.
Genre: Contemporain, jeunesse.
Mon édition: Poulpe Fictions.
168 pages (ebook).





Résumé: Aliénor, Itaï, Azza et Maria ont 13 ans et habitent chacune aux 4 coins de la planète, mais de leur rencontre sur un forum, naissent tout à la fois une grande amitié ET une chaîne Youtube à succès ! Des vidéos sur l’astronomie, par Aliénor, aux conseils d’Itaï en jeu vidéo, d’Azza en pâtisserie et de Maria en photo, les filles partagent leurs passions et voient grossir leur confiance et leur communauté. Quand Itaï se voit écartée d’un championnat d’e-gaming prétendument masculin, elles ont l’outil en main pour médiatiser l’affaire et lutter contre cette injustice !


19/20.

  • J'AI AIMÉ: L'atmosphère douillette, un roman moderne.
  • J'AI MOINS AIMÉ: /.

Je remercie NetGalley et Poulpe Fictions pour cette lecture, car j'ai vraiment découvert une pépite de la littérature jeunesse ! Ce premier tome d'Allô Sorcières avait tout pour me plaire dans son résumé: des jeunes filles passionnées, venant des quatre coins du monde, une amitié pleine de complicité, et tout ça y était, ET plus encore ! Derrière une légèreté et une atmosphère toute douce et mignonne, plein de sujets y sont abordés, et y découle une tolérance toute spontanée.

Twitter rapproche des tas de gens, surtout quand un « hater » se glisse dans les tweets d'Aliénor qui parle d'une série qu'elle vient de découvrir et qu'elle adore. En quelques minutes à peine, trois jeunes filles s'interposent dans la conversation pour défendre Aliénor et ses goûts. Oui, Steven Universe est une série qui plaît ! Et oui, défendre quelqu'un ensemble, ça crée automatiquement des liens. Aliénor, Itaï, Azza et Maria sont donc quatre jeunes adolescentes qui, sans internet, ne se seraient sûrement jamais rencontrées.  

« On a jamais vraiment su comment ou à quel moment on est devenues amies, toutes les quatre, ni même pourquoi on s'entendait si bien alors qu'on était si différentes. Est-ce que c'est le jour où on s'est ajoutées sur Facebook ? Ou la première fois qu'on a passé la nuit à se parler de tout et de rien, à se raconter avec délice nos petites secrets ? L'amitié, c'est une histoire d'alchimie, de moment, aussi. Quand on se skypait, on passait notre temps à rire. On avait toujours quelques chose à se dire. Je trouvais ça incroyable. »

Si l'histoire ne se concentre pas autant sur Itaï que je le pensais avec le résumé, j'ai trouvé que le roman prenait toutefois un très très bon tournant. La narratrice est Aliénor, et c'est elle que l'on suit du début jusqu'à la fin. C'est à travers elle que nous rencontrons ses amies. C'est avec elle que nous vivons des petites aventures trépidantes ! Et j'ai adoré Aliénor. Elle vit en Guyane, avec ses parents, et elle a une relation vraiment privilégié avec eux, surtout avec son père. Cette complicité, cette facilité qu'ils ont de communiquer en famille et de se comprendre m'a énormément plu !

De l'autre côté de l'écran d'Aliénor, il y a Maria, qui lui parle du Canada, Azza, de France, et Itaï de Nouvelle-Calédonie. Ces quatre jeunes filles ont vraiment tissé une forte amitié, faite d'entraide, d'amour, et de bienveillance. Chacune a des passions différents: Aliénor est passionnée de sciences, Maria d'art, Azza de pâtisserie, et Itaï de maquillage et de jeux vidéo. Lors d'un coup de mou de l'une d'entre elle, une idée brillante voit le jour: une chaîne Youtube « Allô Sorcières ». Cette chaîne va également être très utile à Itaï pour pousser son coup de gueule contre un concours League of Legend exclusivement masculin, alors qu'elle fait partie des meilleurs joueurs de sa région.

« C'était mal connaître ma Sorcière adorée que de penser qu'elle allait laisser tomber comme ça ! Sourcils froncés, ombre à paupière violet foncé sur les yeux, Itaï-guerrière avait tourné une vidéo coup-de-poing pour dénoncer le sexisme et les préjugés qu'elle avait dû affronter en jouant à League of Legends, et en candidatant à la France Junior Cup. Elle espérait susciter au moins quelques réactions indignées. Elle avait provoqué une tornade. »

C'est un petit coup de coeur pour ce roman pour tout un tas de choses. Principalement pour les personnages, je dois avouer, qui prônent mine de rien une belle diversité dans la littérature: Aliénor est noire, Itaï a des origines asiatiques, et avec les illustrations on devine qu'Azza est musulmane et Maria est en surpoids et diabétique. A travers cette diversité et ces quatre jeunes filles, on aborde beaucoup de sujets mine de rien: racisme, sexisme, bienveillance, tolérance, etc. Aliénor, Itaï, Azza, et Maria sont déjà féministes du haut de leurs treize ans et sont contre toute forme de discrimination. 

C'est aussi un ouvrage dans son temps, qui utilise les réseaux sociaux, et qui fait tout un tas de clins d’œil à nos propres échanges sur internet, à nos séries tv préférées, et aux sites internet influents. Viser la lune m'a parlée et a parlé à l'adolescente que j'ai été. D'Harry Potter, à Sherlock, en passant par Steven Universe, League of Legend, Buzzfeed, Twitter, etc ; Ce roman est moderne ! L'utilisation des réseaux sociaux est quelque chose de quotidien et propice aux rencontres, et l'auteure l'a bien compris !

  • EN CONCLUSION: Un petit coup de cœur pour ce roman que je conseillerai les yeux fermés aux jeunes et aux biens moins jeunes ! Aliénor, Itaï, Maria, et Azza partagent quelque chose de spécial, une amitié qui transcende les frontières et les distances, et qui ne peut que nous rappeler les propres liens que l'on peut nous-même créer grâce à internet. 

Prochaine lecture: Elements, tome 3: The silent waters de Brittainy Cherry.
Decorated Christmas Tree