samedi 23 mars 2019

The Perfect Shine • J.K. Hogan.


Jackson Meade was a shy, awkward kid just trying to survive a high school with too many bullies and too few friends. Now that he’s in college, his eyes have been opened to a whole world of possibilities, especially those regarding love and sexuality. However, he can’t enjoy any of it since he’s been separated from his best friend.
Blake Renault has been in love with his best friend almost since they first met. After escaping a bad family situation, he lived with Jackson and his mom for the last two years of high school, which made it much harder to keep his feelings a secret. Graduation brings lots of changes for the boys, including Blake moving to a different city to apprentice with a tattoo artist and Jackson going off to college.
Being forced apart after high school leads them to new revelations about themselves and their relationship. While Jackson questions whether his attachment to Blake is normal for best friends, Blake decides to risk everything and tell Jackson the truth. Jackson and Blake must figure out what they want from each other while the future of their deep friendship hangs in the balance. Will they find love, or lose everything?


J'AI AIMÉ : Un récit plein de bienveillance, une romance tendre.
J'AI MOINS AIMÉ : Le résumé en dit trop.


Je remercie chaleureusement les éditions NineStar Press et NetGalley pour l'envoi de ce roman. Depuis le temps vous l'avez peut-être remarqué mais je suis cette maison d'édition américaine avec soin et elle ne me déçoit que rarement. Dans leur catalogue de mars c'est cette petite romance contemporaine qui a attiré mon attention ! La trope « amis à amants » étant toujours une valeur sûre, je n'ai pas hésité !

Quand Blake, le nouvel élève, s'intéresse à Jackson, ce dernier se sent soulagé : enfin dans cet enfer qu'est le lycée, il se fait un ami. Et quel ami ! Ces deux-là deviennent très vite inséparables et à terme, pour fuir sa famille, Blake s'installe même chez Jackson et sa mère. Quand arrive le moment d'aller à l'université, c'est leur quotidien et leur routine qui sont totalement bouleversés. Ils réalisaient tout deux que la nature de leur relation est peut-être plus ambiguë qu'ils ne le pensaient... 


Jackson est un personnage un peu long à se dévoiler au lecteur et il a fallu que j'arrive au premier point de vue de Blake pour être totalement entraînée par l'histoire. Non pas que Jackson n'est pas sympathique : il m'a eue à l'usure tout de même, mais il est du genre extrêmement timide, voire asocial, et le lecteur le ressent beaucoup. Il est victime de harcèlement au lycée et malheureusement, on peut voir que cet événement joue sur son caractère.

Blake, lui, est un petit souffle d'air frais et c'est à ses côtés que Jackson nous est plus agréable. Blake a tout du garçon populaire : sportif, extraverti, séducteur, il est l'opposé en tout point de Jackson. Pourtant, c'est à Jackson que va sa loyauté et avec qui il s'entend comme jamais. Leur amitié ne se construit pas sur leurs différences, mais sur l'acceptation de celles-ci. Et tout le long du roman, ils nous le prouvent, ils nous prouvent qu'ils peuvent se respecter, s'accepter, et s'aimer tels qu'ils sont.

Et de l'amitié à l'amour, de leur relation de meilleurs amis à une relation de couple, c'est un long chemin. Se divisant en deux parties : avant et après l'université, le roman retrace plus ou moins trois années. Nous pouvons ainsi les voir grandir, les voir évoluer, les voir se rapprocher intimement même s'ils n'en ont pas encore conscience, et également les voir réfléchir sur leurs sentiments. Il y de vraies pistes de réflexions dans cette histoire et on y parle au final de beaucoup d'identités sexuelles dans la plus grande bienveillance. En plus d'être une romance agréable et tendre, c'est aussi une romance intelligente et qui respire pas mal le printemps quelque part.


The Perfect Shine est autant une histoire d'amitié que d'amour, avec deux personnages qui ont l'un pour l'autre de grands sentiments. Le lecteur peut percevoir toute l'affection et le respect qu'ils se vouent, et c'est la tendresse présente qui finit par nous emporter.

mardi 19 mars 2019

Six of crows #1 • Leigh Bardugo.


Criminal prodigy Kaz Brekker has been offered wealth beyond his wildest dreams. But to claim it, he'll have to pull off a seemingly impossible heist: break into the notorious Ice Court (a military stronghold that has never been breached), retrieve a hostage (who could unleash magical havoc on the world), survive long enough to collect his reward (and spend it).
Kaz need a crew desperate enough to take on this suicide mission and dangerous enough to get the job done -and he knows exactly who: six of the deadliest outcasts the city has to offer. Together, they just might be unstoppable -if they don't kill each other first.


J'AI AIMÉ : Les personnages, retrouver l'univers de Grisha.
J'AI MOINS AIMÉ : Un peu long pour m'immerger.


Non, vous ne rêvez pas. Oui, j'ai commencé Six of Crows. Après des années (déjà !!) à dire que je vais commencer cette saga, c'est chose faite. Je tenais absolument à lire les romans du Grisha-verse dans l'ordre, donc il m'a bien fallu lire les trois tomes de Grisha en premier. Quoi que l'on puisse dire c'est que ma préférence va toujours à la saga précédente pour l'instant, mais ce premier tome de Six of Crows m'a tout de même offert un très bon moment de lecture !

Kaz, à peine adulte mais déjà criminel notoire de sa ville, est engagé pour libérer un prisonnier de la plus impénétrable prison qu'il soit : le Palais des Glaces. Jamais personne n'a pu en sortir mais ce n'est pas un défi qui l'effraie. Il est prêt à tout pour la belle somme qu'on lui promet. Ainsi, aux côtés de ses plus loyaux partenaires et de nouvelles recrues nécessaires, il se lance vers l'impossible. L'appât du gain est-il forcément réponse à tout ou chacun trouvera ce dont il a besoin dans cette quête irréalisable ?

N'étant sûrement pas dans l'humeur idéale pour commencer ce tome, il m'a fallu vraiment un moment d'adaptation (au moins cents pages). L'autrice nous plonge dans un univers que l'on connaît peut-être déjà si on a lu Grisha, mais qui reste tout de même inconnu au lecteur puisque l'on découvre une nouvelle ville et ses nouvelles facettes. Il m'a fallu prendre de nouveaux repères et me faire à tous les nouveaux termes et aussi tous les nouveaux noms.

Les personnages y sont nombreux. Il faut passer un certain temps avant que l'on ne se concentre finalement sur les principaux : six caractères définis (dont cinq points de vue différents), complexes, et à apprivoiser. Kaz et Inej servent d'introduction et sont certainement deux piliers phares du groupe. Tous n'étant pas des enfants de chœur, c'est pourtant certainement Kaz qui est le moins innocent. Ravagé par le goût de la vengeance, il a perdu en quelque sorte son humanité et s'est forgé une carapace difficile à percer, même pour nous lecteur. Inej est comme sa seconde, comme son ombre. Elle est agile et à tendance à se fondre dans le décor, c'est elle qui assure la sécurité de ses proches. C'est elle, de tous les personnages, qui a su gagner mon affection et mon admiration presque instantanément.



On nous présente peu à peu les autres personnages : Jesper, qui un goût prononcé pour les armes à feu et que le lecteur peut considérer comme la touche d'humour du groupe. Et également Nina, la seule Grisha, une Corporalki qui n'a pas fini son enseignement mais qui peut se montrer extrêmement létale. Ainsi que Matthias, un homme forgé par le Palais des Glace lui-même, à cheval entre son honneur et son cœur. Et puis Wylan, qui est premièrement l'un des pions du jeu de Kaz, mais qui se révèle finalement être lui aussi un personnage essentiel.

La dynamique de groupe est ultra-intéressante et j'ai adoré suivre les interactions de tout le monde. C'est bien eux qui portent le roman. Que ce soit l'amitié ou l'inimitié, ils savent nous convaincre et nous emporter dans leurs tourments au fil des pages. J'ai beaucoup aimé l'amitié et la complicité entre Nina et Inej par exemple, en comparaison des habituels liens de rivalité entre femmes. Tout comme j'ai aimé le tandem que forment Wylan et Jesper. Les duos sont après un peu trop simples et pas super spontanés, mais j'espère être surprise par la suite. Je les ai tout de même beaucoup aimés, alors : du moment que j'aime les personnages, je suis prête à pardonner ce détail.

Concernant l'univers lui-même, on est bien loin de ce que nous propose Grisha et c'est tant mieux. Si j'avais envie de relire Grisha, c'est Grisha que j'aurais relu. On découvre un nouveau pan total du monde présentée par l'autrice. On quitte Ravka pour découvrir Kerch et Fjerda, qui trouvent eux aussi inspiration dans notre propre monde. Retrouver un univers que j'aime et le découvrir encore plus riche, je connais rarement meilleur sentiment.


Un très bon premier tome même s'il ne surpasse pas les tomes de Grisha dans mon cœur. Je suis cependant très très enthousiasmée par la suite et je sens que je vais me l'offrir (et la lire) très vite parce que je suis déjà en manque !

dimanche 17 mars 2019

Cosy Sunday : Semaines 10 & 11.

Mon Sunday's books était déjà inspiré et différent du Sunday's books créé par Saefiel à la base, mais maintenant il change de nom et devient le Cosy Sunday ! Dans ce rendez-vous hebdomadaire, vous retrouverez mes lectures passées, en cours et à venir, ainsi que mes visionnages de la semaine, mes publications, et les articles des copinautes qui ont accaparé mon attention.

Je n'ai fait absolument qu'une seule bouchée de Les blessures du passé, une romance historique super addictive. J'ai lu Fragments d'éternité, tome 1 : Paris, 1899, une romance avec un fort aspect historique, assez poétique, mais un poil trop rapide quand même. Et j'ai terminé avec Six of Crows, tome 1 que j'avais vraiment beaucoup aimé !

J'ai aussi continué et terminé Le mari de mon frère avec le tome 3 et le tome 4, deux tomes qui ont su beaucoup plus me convaincre que les deux premiers. J'ai finalement quitté cette famille sur une touche d'émotions.


The Perfect Shine de J.K. Hogan.
VF : Pas de VF.

Jackson Meade was a shy, awkward kid just trying to survive a high school with too many bullies and too few friends. Now that he’s in college, his eyes have been opened to a whole world of possibilities, especially those regarding love and sexuality. However, he can’t enjoy any of it since he’s been separated from his best friend.
Blake Renault has been in love with his best friend almost since they first met. After escaping a bad family situation, he lived with Jackson and his mom for the last two years of high school, which made it much harder to keep his feelings a secret. Graduation brings lots of changes for the boys, including Blake moving to a different city to apprentice with a tattoo artist and Jackson going off to college.
Being forced apart after high school leads them to new revelations about themselves and their relationship. While Jackson questions whether his attachment to Blake is normal for best friends, Blake decides to risk everything and tell Jackson the truth. Jackson and Blake must figure out what they want from each other while the future of their deep friendship hangs in the balance. Will they find love, or lose everything?


Je ne le commence que ce soir mais il me fait très envie !

J'aimerais continue Blue Spring Ride, en reprenant avec le tome 5. Et j'aimerais découvrir Dans la maison que j'ai reçu la semaine dernière !

Captain Marvel : Un film que j'ai beaucoup aimé. Ça fait du bien de voir un film centré sur UNE super héroïne dans le MCU et Carol Denvers est pour moi très convaincante (et surtout Brie Larson qui l'incarne à merveille). Bref, j'ai pris mon pied et maintenant je n'ai qu'une hâte : que le prochain Avengers soit en salle !
Cœurs ennemis : Un film sympathique mais que j'ai peut-être un poil moins apprécié que ce que j'attendais. Je l'ai trouvé assez simple dans son ensemble même si les trois personnages qui s'entremêlent, surtout autour du personnage féminin, sont plutôt bien construits et touchants. L'histoire, elle, reste quand même très conventionnelle.

➤ Rendez-vous : Ma PAL de printemps.

Les lectures de Sel nous parle de ses 5 dernières lectures !
Les lectures de Marinette m'a donnée envie de découvrir Dans la maison, que j'ai fini par demander sur NetGalley.
I believe in Pixie Dust me donne envie de sortir Au premier regard T1 de ma PAL.


Bonne semaine et jolies lectures à tous !

samedi 16 mars 2019

Ma PAL de saison - Printemps 2019.

Photo © lolypopp3.

Coucou ! Une nouvelle saison commence bientôt et il est temps pour moi de me pencher sur une nouvelle PAL. Pour l'hiver, j'avais sélectionné douze titres et n'en ai lu que trois avec mes envies qui ont littéralement changé en cours de route... Mais ce sont des choses qui arrivent !
Je n'abandonne pas l'idée d'une PAL, car même si je marche au feeling finalement ça m'aide pas mal à me diriger vers un roman si je suis « paumée » 😄 Voici celle que j'aimerais bien respecter pour le Printemps !


Mes envies printanières 🌸🌳


➣ Des sagas qui jouent les impatientes dans ma PAL :


➣ Des suites très tentantes :


➣ Des auteurs•ices que je ne connais pas (encore) :


➣ Des petites bulles :



Est-ce que cette PAL vous inspire ? Je n'ai pas spécialement choisi des titres « printaniers » et deux d'entre eux ont déjà fait un petit saut dans mes PAL précédentes... Mais ce sont les envies qui me parlent le plus ! Avec à la clef beaucoup de sagas à continuer et terminer, et c'est parfaitement dans la lignée de ma bonne résolution de l'année 😋

samedi 9 mars 2019

Paris, 1899 (Fragments d'éternité #1) • Séverine Mikan.


Paris, décembre 1899. La ville Lumière est un chantier immense, celui de la grande Exposition universelle.
Là, au cœur de cette ruche festive et laborieuse où vont naître bientôt tous les espoirs de la Belle Époque, des vies se croisent, se mêlent, s’étreignent.
Henryk, artiste sans le sou à l’âme révolutionnaire, rencontre James, l’héritier d’une riche famille anglaise. Leurs deux mondes ne pouvaient être plus opposés et pourtant, entre ces deux jeunes hommes, le coup de foudre est immédiat. Pas après pas, entre les quartiers de la bohème et de la bourgeoisie, de la chambre sous les toits d’Henryk au luxueux hôtel particulier de James, va se dessiner une belle histoire d’amour faite de doute, de séduction, de tendresse et de heurs. Car de lourds secrets vont bien vite rattraper les deux amants, et mettre en danger leur fragile idylle que la très conservatrice société de fin de siècle ne tolère pas…


J'AI AIMÉ : La plume, le brin d'espoir.
J'AI MOINS AIMÉ : La rapidité de l'histoire.


Merci beaucoup à NetGalley et MxM Bookmark pour cette découverte. La couverture envoûtante et le résumé qui promet une romance historique interdite m'ont poussée à foncer les yeux fermés. Et Paris, 1899 est bien une histoire d'amour impossible, passionnée, et touchante. Malgré le coup de cœur de certains lecteurs, la rapidité des événements et un quelque peu manque d'approfondissement m'ont en revanche laissée un poil sur la touche.

Henryk, artiste bohème qui multiplie les emplois pour survivre, nourrit en son cœur une haine des riches qui l'anime et l'aveugle. Sa rencontre avec James, un héritier bourgeois, va remettre en cause non seulement ses aprioris mais aussi sa capacité à aimer. Mais si James n'est pas tel qu'il l'imaginait, c'est un jeune homme avec au moins autant de casseroles que lui. Quel prix leur est demandé pour pouvoir goûter la liberté d'être ensemble ?

On plonge dans un décor historique à cheval entre les progrès à venir et les célèbres bâtiments de Paris qui se multiplient, et les restes de l'aristocratie. C'est dans cette société qui change doucement que les vies d'Henryk et James rentrent en collision. Henryk, immigré polonais, qui a connu la violence, le rejet, la pauvreté, et qui connaît toujours cette dernière. James, descendant de l'aristocratie anglaise, évoluant dans les beaux quartiers et qui cherche à protéger sa sœur de leur beau-père à l'aide d'un mariage. Deux existences que tout séparent, que tout opposent même, et qui vont pourtant trouver du réconfort en l'autre.


J'ai malheureusement eu des difficultés à m'attacher aux personnages qui plongent facilement dans le mélodrame par moments, parce que comment faire simple quand on peut faire compliqué ? Et je pense que ça vient principalement de la plume. Ne vous méprenez pas, j'ai trouvé cette dernière sublime, et elle possède un grain de poésie certain, toutefois elle m'a détachée d'Henryk et James par la narration qui reste totalement externe. Le lecteur est spectateur et non vraiment complice de nos deux amoureux.

La relation est très travaillée, ce que je déplore c'est plus le court laps de temps sur lequel se passe l'histoire (dix jours) et le court laps de temps où les sentiments éclosent (deux rencontres). Malgré toute la beauté de la plume et de leur amour, je n'ai jamais su m'enlever ça de la tête. Leurs émois vont beaucoup trop vite et j'avoue que j'aurais davantage plongé dans leurs dilemmes, leur passion, et les obstacles à leur histoire s'il s'était écoulé beaucoup plus de temps. C'est là que vient mon reproche de manque d'approfondissement : il y A franchement de quoi approfondir (surtout quand certains éléments des vies de James et Henryk entrent en contact) et se permettre d'allonger la chronologie.

Sinon, le drame et moi quand il s'agit d'un couple homosexuel à l'honneur, ce n'est pas ma tasse de thé. Je n'aime pas me faire du mal quand je lis. Et ce, même si le contexte historique s'y prête car à l'époque l'amour de même sexe était réprouvé. Je remercie donc l'autrice qui, en voulant garder ce contexte-là, a su avant tout créer une bulle d'espoir. Cette relation, pour nos deux personnages, c'est un havre de paix, une rédemption pour leurs âmes torturées. Ce qu'ils partagent est très beau et j'ai su l'apprécier.


Pour un premier roman de l'autrice, c'est un beau roman il faut le reconnaître. Paris, 1899 est une romance qui possède du charme et de la poésie, même dans ses moments sombres, et même dans ses moments sensuels. Je n'aurais cependant pas regretté quelques pages en plus pour étoffer l'histoire.

Decorated Christmas Tree