mardi 12 juin 2018

Éclore (Puisque c'est ma rose #1) • Jade River.




Puisque c'est ma rose, tome 1 : Éclore
de Jade River.
Genre : Contemporain, romance.
Mon édition : MxM Bookmark (Romance Passions).
320 pages.





Résumé :  Lectrice acharnée, boxeuse à ses heures perdues et lycéenne à peine studieuse... Abélia se sent en décalage avec les jeunes de son âge. Heureusement pour elle, sa nature discrète lui permet de rester à l'écart de l'agitation de ses camarades. Et surtout, loin des problèmes. Le jour où M. Valverde, son nouveau professeur de littérature, arrive au lycée, Abby est certaine qu'entre eux le courant ne passera pas. Mais au contraire, cette rencontre l'électrise et le contrôle qu'elle exerce tant bien que mal sur ses émotions vole bientôt en éclats. Conscients que le lien qui se tisse entre eux est interdit, tous deux vont s'efforcer de garder leurs distances. Mais pourront-ils lutter longtemps contre leurs sentiments ?


15/20.

  • J'AI AIMÉ : Suivre le quotidien d'Abélia, ses relations.
  • J'AI MOINS AIMÉ : La relation au centre du roman.


Un grand merci à NetGalley et MxM Bookmark pour leur confiance ! D'ailleurs, quand je l'ai vu sur NetGalley, j'ai foncé les yeux fermés : le combo de la maison d'édition, de la couverture, et du résumé à coup de « ça passe ou ça casse », m'a tout de suite intriguée. Les relations élèves / professeurs ne sont pas du tout quelque chose que j'approuve, je suis formellement contre je préfère vous avertir tout de suite. Mais, dans la littérature, j'en suis toujours curieuse et j'étais curieuse de celle-ci. Au final, dans son ensemble, c'est une bonne lecture... mais du côté du sujet qui fâche, ça fâche un peu malheureusement.

Mr Valdere, nouveau professeur de littérature au lycée d'Abélia, lui fait une drôle d'impression dès la première rencontre. Il n'a pas l'air très commode. Mais il a l'air passionné par sa matière qui est la préférée de la jeune fille. Alors qu'Abélia traverse l'adolescence et la fin du lycée avec des doutes, des hauts et des bas, et un entourage diverse qui combat leurs propres démons, son professeur finit par ne pas la laisser tout à fait indifférente. Un sentiment qui terrifie la jeune fille qui s'efforce de ne rien en montrer... surtout à ses amis, dont la fille de Mr Valdere...

« J'ouvris la porte de manière aussi mesurée que possible et me glissai dans l'entrebâillement, la tête baissée. Quand je la relevai, j'accrochai les yeux marron glacé de mon nouveau professeur de littérature. Il n'était pas particulièrement grand, beau ou bien bâti, mais quelque chose m'interpellait chez lui. La trentaine à tout casser, il avait une barbe soigneusement taillée en ancre, des cheveux châtains rejetés en arrière, un nez grec et des lèvres fines. Je discernai dans son regard une retenue indescriptible.
Élégant, tiré à quatre épingles. La seule chose qui détonait de façon flagrante avec son maintien droit était sa cravate absolument ignoble aux motifs abstraits, colorés, que j'adorai sur-le-champ.
Il me fixait, l'air sévère. Je me sentais comme un pingouin dans le désert. »

Rentrons dans le vif du sujet, maintenant que nous y sommes : la relation prof / élève. Je dois reconnaître que l'on ne se concentre pas uniquement sur ça et qu'elle est très lente, ce qui sont deux points positifs non négligeable. Cependant, ce qui m'a gênée, c'est que malgré les difficultés dans sa vie, Abélia ne fait pas plus qu'une adolescente de dix-sept ans. De A à Z, j'ai bien eu l'impression d'avoir affaire à une jeune héroïne, un brin immature, complètement naïve, et ce, même si elle est intelligente et douée sur d'autres plans. Je n'ai donc pas compris la réciprocité de ses sentiments. Même avec leurs intérêts commun, la complicité entre elle et Arthur Valdere n'est pas plus développée que ça non plus. Je n'ai vraiment pas réussi à les voir autrement que dans une relation « père / fille ». Et c'est ce qui fâche bien, puisque c'est... gênant !

« Il démarra, et je reculai de deux pas avec la certitude de me diriger vers un gouffre. Je l'observai manœuvrer, concentré sur son demi-tour, puis s'éloigner. Il leva une main pour me saluer et je l'imitai, consciente qu'il me verrait dans le rétro. Mon cœur battait dans ma gorge. Mes jambes menaçaient de céder sous mon poids.
Je restai plantée dehors jusqu'à ce que sa voiture disparaisse, les bras serrés autour de mon corps alors que je n'avais étrangement pas froid.
Mon sourire se fana à mesure que je reprenais le contrôle de mes émotions. Elles gelèrent quelque part entre mon estomac et ma poitrine. Et quand la glace commença à fondre, je sus. Je sus qu'il se passait quelque chose de vraiment moche pour moi. »

Toutefois, à côté, le roman parle de beaucoup de choses et tout tient avec l'entourage d'Abélia. Cette dernière est bien entourée, que ce soit avec ses deux pères (Papa et Dad) ou ses amis (Noah, Zoé, Lou et Joleen). Cette ribambelle de personnages créent une certaine profondeur au quotidien d'Abélia et toutes ces interactions sont plus ou moins intéressantes, même si niveau amitié on repassera pour Noah et Zoé que je trouve toxiques pour notre héroïne...

L'amitié d'Abélia avec Joleen, la fille d'Arthur, est l'une des relations les plus sympathiques et des plus intéressantes. Je regrette toutefois que Joleen SOIT la fille du professeur en question, puisque le fossé se crée d'avantage entre Abélia et lui de mon point de vue. Difficile d'imaginer quoi que ce soit de pas malsain quand il a une fille de son âge (qu'il l'ait eu très jeune ou non). J'ai aussi adoré la relation d'Abby avec ses parents également. Les couples homoparentaux sont rares en littérature et c'est toujours plaisant d'en croiser, surtout quand ils sont proches de leurs enfants. C'est le cas d'Abby et de ses papas. Voilà une famille aimante, bienveillante, protectrice comme il faut !

  • EN CONCLUSION : J'ai du mal à cerner ce que j'en ai réellement pensé au final. Ai-je bien aimé ? Un peu, tout de même. Mais ai-je été embarrassée ? Assez aussi. J'attends de voir avec la suite ce que fera l'autrice de cette fameuse relation entre Abby et son professeur. Je pense que c'est avec ça que je saurais où me situer.

 Prochaine lecture : Désirs défendus de F.V. Estyer.

tâches d'encre

  1. J'ai aussi beaucoooup de mal avec les relations prof/élèves :/
    Du coup je ne pense pas m'arrêter sur celui-ci, mais j'espère que la suite te permettra d'apprécier plus la série dans son ensemble ! =)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment un thème ou ça passe ou ça casse pour moi ! Et là, c'est pas trop passé, j'attends de voir la suite.

      Supprimer
  2. Comme toi je suis totalement contre les relations élèves/professeurs... même dans la littérature ! Alors je vais passer mon chemin je pense. ^^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans la littérature ça peut passer... Mais il me faut quand même certaines conditions. Là, rien que la différence d'âge + le fait qu'il ait une fille de l'âge de l'héroïne, c'était hors de mes conditions et j'ai eu du mal !

      Supprimer
  3. J'attendais ta chronique avec impatience, car comme tu le dis c'est un sujet qui fâche. Je trouve ça embarrassant aussi qu'il ait une fille du même âge... Dans Pretty Little Liars ça reste moins choquant par exemple, mais là si tu as eu l'impression d'une relation père-fille, je crois que je ne vais pas tenter. Je serai trop mal à l'aise.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai trouvé ça aussi embarrassant ! Pour que j'accroche à une telle relation, il me faut des conditions comme dit ci-dessus. Genre, petite différence d'âge, pas de toxicité, relation qui se passe après la scolarité, ou bien à l'université... Là, bof. Je suis toutefois curieuse de la suite !

      Supprimer
  4. Je ne connaissais pas, c'est vrai que c'est pas quelque chose d'évident comme sujet relation prof/élève mais je dois avouer que je suis bien tenter de lire ce roman pour voir comment c'est traité :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. A toi de voir ! Certains ont aimé après tout !

      Supprimer
  5. La couverture me plait beaucoup mais je ne pense pas lire celui-ci ! La romance risque de me gêner :/

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La romance est secondaire malgré tout, mais elle n'est pas très bien géré quand même :/

      Supprimer
  6. Je ne pense pas tenter. Je ne pense pas que ce type de relation me plaise. Cela reste très délicat, je trouve.

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree