lundi 28 septembre 2015

Genre: Historique, documentaire.

Les + grands chagrins d'amour, Julie Grêde.

Résumé:

Et si c'était par amour de son pays que le roi Henri VIII s'était débarrassé de cinq de ses six épouses ? Quel est cet amour pleuré par Marguerite d'Autriche qui la pousse à refuser la couronne anglaise et à rester veuve à seulement vingt-quatre ans ? Comment un simple médecin allemand est-il parvenu à se hisser à la tête du royaume de Norvège et dans le lit de la reine Caroline-Mathilde, juste avant la Révolution française ? Comment une jeune religieuse, amoureuse d'un maquisard et ancien ecclésiastique défroqué, a-t-elle fait trembler tout un réseau de Résistance durant la Seconde Guerre mondiale ? Que savait la sublime veuve Kennedy des « incartades » de son présidentiel époux ? Roman Polanski serait-il devenu ce réalisateur si controversé si un tueur en série n'avait pas massacré son épouse adorée et l'enfant qu'elle portait ?
Découvres les chagrins les plus bouleversants qui ont touché les grands de ce monde, à travers le temps. Pour les amoureux de l'Histoire, mais aussi tout simplement pour les amoureux.

Mon avis, 18,5/20.
Coup de 

Je ne suis pas très documentaire, pourtant plus les années passent et plus je réalise que l'Histoire qui m'ennuyait quand j'étais plus jeune m'intéresse grandement. Ici, il s'agit des chagrins d'amour historiques, et l'amoureuse en moi ne pouvait qu'être intéressée.
Car oui, quand Julie Grêde m'a contactée pour m'envoyer un exemplaire des + grands chagrins d'amour, je n'ai pas hésité très longtemps ! Ma curiosité s'est tout de suite réveillée.

---
En bref:
Les -: On en voudrait encore !
Les +: Le ton du livre, les parenthèses « à lire, à écouter, à voir ».
---

Extrait du chapitre Jane Austen et son ami irlandais:
« Tom Lefroy dans les romans de Jane
Jane est dans chacune de ses héroïnes et l'on peut retrouver des traces de Tom dans plusieurs de ses personnages. On le devine sous les traits du jeune Georges Wickham, un personnage secondaire d'Orgueil et Préjugés dont Jane finit la première mouture juste après le départ de son « ami irlandais ». Wickham est décrit comme décontracté et plein d'assurance, nouveau dans la région. Élisabeth, l'héroïne austinienne du roman, est d'abord sensible à son charme avant de comprendre à quel point il est calculateur, quelque peu débauché et uniquement intéressé par un mariage rentable. Willoughby, dans Raison et Sentiments, est un peu du même acabit. Il est fou de Marianne, mais renonce à elle pour un mariage de raison.
On retrouve encore Tom bien plus tard, dans Persuasion, le dernier roman achevé de Jane. La situation est bien différente, Jane est déjà malade, elle n'a plus longtemps à vivre. A seulement quarante ans, elle en est déjà au bilan de sa vie. Ce dernier ouvrage est plus mélancolique. Elle semble avoir un regard différent sur Tom et se demander: pourquoi n'a-t-il pas attendu de bien gagner sa vie pour ensuite revenir ? S'il m'aimait, pourquoi n'a-t-il pas fait cela ? Wickham et Willoughby sont des représentations de Tom comme elle l'a connu, le Capitaine Wentworth de Persuasion, qui revient vers l'héroïne Anne après avoir fait fortune et l'épouse, c'est ce que Jane aurait aimé que Tom soit. »

Je remercie tout d'abord grandement Julie Grêde pour cet envoi ! Il a mis un petit peu plus longtemps que prévu pour me parvenir mais je l'ai commencé très vite, en alternant avec ma lecture précédente (Le Trône de fer). Et ce qui est certain, c'est que j'ai dévoré ce petit ouvrage de 250 pages. De chagrins d'amour en chagrin d'amour, j'ai lu avec passion ces romances qui finissent mal et qui laissent une empreinte indélébile dans l'Histoire. Un petit coup de cœur pour cette lecture que j'ai adoré !
De l'Egypte Ancienne aux côtés de Cléôpatre au monde tel que nous le connaissons avec J.K. Rowling, nous suivons une petite fresque chronologique de chagrins d'amour déterminants de l'Histoire. Des péripéties qui influencent le cour des choses, ou des expériences amoureuses qui marquent un tournant chez un de ces grands noms, chacune de ces histoires d'amour nous offre un nouvel angle, plus romantique, plus passionnel, et même parfois bien plus destructeur que dans nos souvenirs ou nos a priori.
Le ton de Julie Grêde est entre humour et informations. A l'aide de petites parenthèses écrites comme l'on murmure un secret et de petites tournures rigolotes pour détendre le lecteur qui est aux premières loges de ces amours dévastateurs, l'auteur nous captive et nous tient en haleine. J'ai aimé que ce ne soit pas un vocabulaire soutenu et de lourdes phrases. Je préfère largement cette impression de convivialité, de complicité, qui donnent l'impression de confessions autour d'un feu. Julie nous livre ces chagrins d'amour à la manière d'une amie passionnée d'Histoire, et non pas à la manière d'une stricte professeure.
La touche la plus inattendue, et qui fait vraiment toute la différence selon moi, ce sont les playlists de musique en début de « chapitre » (un chapitre est en fait l'équivalent d'un chagrin) et les livres à lire, ou les films à voir, à la fin. Ces recommandations offrent une certaine dimension: les musiques accompagnent la lecture, et si les mélodies ne nous étaient pas inconnues: l'histoire arrive à leur donner un autre sens. Quant aux films ils nous permettent de poser quelques décors ou visages sur ces grands chagrins (inutile de vous dire que je me suis faite une petite liste ^^).
Dans les chagrins qui nous sont présentés, certains m'ont bien plus marqués que d'autres. L'histoire entre la Reine du Danemark Caroline-Mathilde et Johann Struensse, le médecin de son mari, est celle qui m'a le plus touchée. J'ai été captivé, émue, au point de regarder Royal Affair dans la foulée, film conseillé par l'auteur et qui retrace leur aventure (et que j'ai littéralement adoré au point du coup de cœur). Mais l'histoire sombre de Roman Polanski m'a aussi beaucoup parlée, et celle torturée de Lady Diana également, et, sans surprise, J.K. Rowling fait également partie de mon petit « top » avec la fascinante naissance d'Harry Potter dont l'histoire est plus étroitement liée à la sienne qu'on ne le pense.
En conclusion: En vérité, chacun de ces chagrins sont passionnants. L'amoureuse en moi a été comblée. Les + grands chagrins d'amour sait nous passionner, éveiller notre compassion et notre empathie, et partager avec justesse ces romances qui finissent mal.

Extrait du chapitre Adieu Prince Charmant ! (Le chagrin de Lady Diana)
« En 1986, Charles reprend pleinement sa relation avec Camilla: celle-ci emménage avec lui dans sa maison de Highgrove, elle y reçoit à dîner, ils dorment ensemble... dans le lit de Diana. Ce sont les derniers clous dans le cercueil des faux espoirs de la princesse qui comprend que son mari ne l'a jamais aimée, qu'il ne la respecte même pas et ne l'a sans doute jamais respectée.
Charles use beaucoup d'énergie à redorer le blason de Camilla, il prend sa défense quand elle est attaquée dans les médias, ce qui arrive très fréquemment, la presse étant acquise à Diana. Il présence Camilla à ses amis comme « le seul amour de sa vie ». Mais le cœur des Britanniques est déjà pris, « le peuple » donne à Diana l'amour que lui refuse son mari. »

Je le conseille à:  Aux amoureux, aux passionnés, aux curieux. Pas besoin d'être totalement emballé par l'Histoire pour être emballé par ces chagrins quelque peu emblématiques.

Prochaine lecture: Délicieuse effrontée de Victoria Dahl.

tâches d'encre

  1. Ouh ça me donne très envie de le lire, ça doit être très enrichissant! :o :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh oui ! C'était vraiment passionnant :)

      Supprimer
  2. Ton avis m'intrigue beaucoup sur ce roman :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce livre se dévore sans faim et quelle que soit la période :D

      Supprimer
  3. Et hop, un de plus dans ma PAL =D Peut-être que l'histoire "ennuyante" de l'école nous semble moins rébarbative avec ce genre de bouquins aussi ..!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Yeah :D On est très loin de l'ambiance scolaire, je pense que tu risques de beaucoup aimer ;)

      Supprimer
  4. J'ai le même genre de rapport à l'histoire que toi! Avant je détestais l'histoire, c'était la matière que j'aimais le moins et je ne voyais aucun intérêt à étudier ça.
    Et depuis un certain temps je ne me lasse plus des romans historiques (à partir d'histoire vraie ou non).

    D'ailleurs, si jamais tu connais un bon livre historique sur l'époque du roi soleil, je suis preneuse :p

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pareil. Depuis toute petite, je n'ai jamais été une flèche à l'école dans cette matière. Sans parler que ma grand-mère voulait sans cesse que je m'y intéresse, ainsi que mon oncle, j'en avais ma claque de l'Histoire xD
      Je n'en lis pas trop trop des romans historiques, mais ça vient, avec mon intérêt grandissant pour le sujet :) Donc du coup je peux pas trop de conseiller sur ça !

      Supprimer
  5. Je ne connaissais pas ce livre avant de venir sur ton blog, merci pour la découverte, du coup ! ! Apparemment, tu n'aimes pas trop l'Histoire, c'est ça ? C'est d'autant plus courageux de ta part de lire des livres et des romans historiques ! Tu en as pas mal sur ton blog en plus ! ;)
    Personnellement, je suis une grande amoureuse de l'Histoire donc un bouquin comme celui-ci pourrait me plaire...ce qui l'emporte et éveille vraiment ma curiosité c'est le passage que tu publies et qui concerne Jane Austen... je sens que ce livre va vite atterrir dans ma PAL.

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree