jeudi 7 juin 2018

Autoboyographie • Christina Lauren.




Autoboyographie
de Christina Lauren.
Genre : Romance contemporaine, YA.
Mon édition : Hugo Roman (New Way).
399 pages.





Résumé : Lorsque la famille de Tanner Scott quitte la Califormie pour le plus traditionnel État de l'Utah, le jeune homme se rend à l'évidence : il va falloir rentrer dans le placard à nouveau. Après tout, il ne lui reste plus qu'un semestre à tirer avant la liberté (comprendre : fuir ce patelin dès que possible). 
C'est alors que sa meilleure amie Autumn lui lance un défi : le prestigieux Séminaire de Provo High. Un programme où les étudiants ont quatre mois pour rédiger un roman. Challenge accepté ! 
Et Tanner ne regrette pas son choix. Il ne lui a fallu que quelques secondes pour repérer Sebastian Brother, le petit prodige -et accessoirement mormon- qui a remporté le Séminaire haut la main l'année passée. Et quelques semaines pour tomber éperdument amoureux de lui...


18/20.

  • J'AI AIMÉ : La représentation LGBT+, les émotions à nues de Tanner.
  • J'AI MOINS AIMÉ : Parfois trop explicatif sur la religion.


Je remercie chaudement Hugo Roman pour l'envoi de ce titre ! Autoboyographie m'a aussitôt tapée dans l’œil grâce à sa couverture (majoritairement aux couleurs du drapeau de la bisexualité, d'ailleurs) et grâce à son résumé. C'est une lecture dont je n'en sors pas déçue, même loin de ça au contraire. J'ai adoré ! C'est un roman qui aborde pleinement les questions de l'orientation sexuelle et de la religion, un cocktail qui ne fait parfois pas bon ménage... mais qui peut pourtant s'allier avec bienveillance. Ainsi nous le prouvent les autrices !

Tanner est bisexuel. Mais depuis son déménagement dans une petite ville reculée et profondément Mormone, il est « retourné au placard ». Il n'attend plus que l'université pour s'éloigner de la religion et des croyances pour vivre sa vie et ses relations amoureuses comme il l'entend. Ici, il se sent coincé, pas entier. Il réprime son attirance pour les garçons, et seule compte son attirance pour les filles et surtout aux yeux de tous. Mais sa rencontre avec Sebastian, l'étudiant qui leur sert de mentor au Séminaire d'écriture auquel participe Tanner, chamboule tout. Il ne faut pas plus de quelques secondes pour que l'attraction soit fulgurante et... réciproque ? Pourtant, c'est impossible, Sebastian, lui, est mormon. Quel malheur !

« Maintenant qu'il est face à la classe, ses yeux s'éclairent quand ils rencontrent les miens. Une fraction de seconde, et puis encore une, comme un prisme qui capte la lumière, parce que son regard revient sur moi. Ce temps infime est assez long pour qu'il discerne mon attraction immédiate. Merde, comme il la reconnaît vite. Ça doit lui arriver souvent de recevoir un regard adorateur depuis l'autre bout d'une pièce. Mais pour moi, être aussi instantanément attiré, ça m'est complètement étranger. DAns ma poitrine, mes poumons sont des animaux sauvages qui griffent les barreaux de leur cage.
- Oh purée, marmonne Autumn à côté de moi. Son sourire me fait fondre.
Ses mots sont un lointain écho de mes pensées : son sourire me fout en l'air. »

Tanner est un personnage auquel je me suis immédiatement attachée. C'est un jeune adolescent vrai, authentique, qui ressent les choses à mille pourcents et ne tente pas de les contrôler. C'est un rêveur, un sentimental, un être sensible. Cacher sa bisexualité est un poids de tous les instants pour lui. Seule sa famille est au courant, mais il aimerait pouvoir être libre d'embrasser qui il veut, être libre de pouvoir en parler à sa meilleure amie, être libre face au regard des autres. Mais sa mère, ayant grandie dans la foi mormone et ayant coupé les ponts avec sa propre famille, préfère le protéger et le met constamment en garde contre les dérives de la communauté religieuse qui régente la ville.

Et la religion tient effectivement une énorme place où ils sont. Rares sont les athées ou les mormons peu pratiquants, ce qui crée une atmosphère étouffante pour toute personne qui sort de la norme créée par ces croyants. Ce qui est le cas de Tanner et de Sebastian. Sebastian, le fils de l'évêque du coin, mormon jusqu'au bout des ongles, mais qui se cherche encore. Autoboyographie est plus qu'une romance, c'est une vraie confrontation entre foi et orientation sexuelle, deux thématiques lourdes et compliquées. Un terrain d'entente est-il possible ? La bienveillance ne devrait-il pas faire partie de la foi ?

« C'est un coup de poing dans le plexus.
- Mais alors, je t'ai rencontré.
Un coup encore plus violent.
J'ai été extrait de mon propre corps et je nous regarde depuis le chemin. On est assis sur un rocher, côte à côte, les bras qui se frôlent, et je sais que ce moment sera gravé dans ma mémoire pour toujours.
- LA première fois que je t'ai vu...
J'ai à peine commencé qu'il acquiesce déjà, comme s'il savait exactement ce que j'allais dire.
- Oui.
Ma poitrine se contracte.
- Je n'avais jamais senti ça avant.
- Moi non plus. »

Malgré les thèmes actuels et difficiles, c'est un roman bon, tendre et doux. On y suit Tanner, juif mais définitivement peu pratiquant, qui tombe fou amoureux de Sebastian et qui n'a aucune envie de réprimer son attirance, surtout si celle-ci est réciproque. Aller droit dans le mur ? Avoir le cœur brisé ? Ce n'est pas une idée qui lui fait peur. Même si c'est une histoire à une voix, Sebastian nous est ni mystérieux ni inconnu. Il est totalement transparent et à travers les yeux de Tanner, nous pouvons voir ses sentiments, ses émotions, son dilemme entre son coeur et sa famille, comme si nous étions dans sa tête.

Vrai coup de cœur pour ces deux jeunes garçons, tant opposés par leur éducation que par leur caractère. Tanner est impulsif, Sebastian est posé, calme. Leur tandem crée une sorte de bulle, une bulle rien qu'à eux, et c'est en les suivant, et suivant l'évolution de leur relation, qu'en résulte cet effet de douceur malgré les grands obstacles qui les guettent.

  • EN CONCLUSION : Je ne suis vraiment pas passée loin du coup de cœur, je l'ai frôlé, même. Et je suis contente de commencer ce mois de la Pride par un roman sensible, doux, et qui représente très bien la bisexualité et la recherche de soi. A mettre entre toutes les mains ! (surtout si le sujet vous intéresse)

Prochaine lecture : Puisque c'est ma rose, tome 1 : Éclore de Jade River.

tâches d'encre

  1. C'est un roman qui me tente, même si, du coup, j'ai un peu peur du côté religieux qui a tendance à me freiner... Mais, vu les avis dessus et le reste des sujets abordés, peu de chances que ça m'empêche de craquer !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce n'est pas un roman religieux ! Mais il traite de la place de la foi dans l'orientation sexuelle et la place de l'orientation sexuelle dans la foi. Il traite de la malveillance, l'hypocrisie... Mais aussi tout le contraire au final ! Franchement, craque ♥

      Supprimer
    2. D'ac, ça a le mérite de me "rassurer" un peu, merci :)

      Supprimer
  2. Nous avons eu un ressenti similaire même si tu sais bien mieux l'exprimer que moi ! Ca a en tout cas été une très jolie découverte pour moi aussi :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh je n'ai pas lu ta chronique il me semble ! Je vais aller la lire :)

      Supprimer
  3. Tu nous vends bien ce roman :D Pourquoi pas ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Complètement à lire, sincèrement !

      Supprimer
  4. Je n'avais jamais lu le résumé... Je ne savais pas que c'était un LGBT. Il me fait encore + envie maintenant !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, c'est un roman LGBT+ :) G et B plus précisément !

      Supprimer
  5. Je n'arrête pas de changer d'avis sur ce livre. Un coup j'ai envie de le lire, un coup non. ^^ C'est surtout le côté trop religieux qui me fait un peu peur...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme dit à Marinette, ce n'est pas un livre religieux donc n'aies pas peur :) Les sujets sont très intéressants ! Et l'histoire est mignonne comme tout ♥

      Supprimer
  6. Assumer sa bisexualité dans une communauté mormone...un choix très intéressant de la part de l'auteur ! J'imagine aisément les difficultés pour Tanner et Sébastian, mais ça doit aussi être un roman plein de tendresse, à rajouter dans ma wish list !

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree