samedi 19 mai 2018

Qui je suis • Mindy Mejia.




Qui je suis
de Mindy Mejia.
Genre : Thriller, drame.
Mon édition : Mazarine.
396 pages (ebook).





Résumé : Hattie Hoffman a passé sa vie à jouer de nombreux rôles : la bonne élève, la bonne fille, la bonne petite amie. Mais Hattie rêve d’autre chose, quelque chose de plus intense… et qui se révèle extrêmement périlleux. Lorsqu’on découvre son corps sauvagement poignardé, une redoutable onde de choc traverse la ville de Pine Valley.
Très vite, il apparaît que Hattie entretenait une relation secrète, hautement compromettante et potentiellement explosive. Quelqu’un d’autre était-il au courant ? Et dans ce cas, jusqu’où cette personne était-elle prête à aller pour mettre fin à cette relation ?
Riche en rebondissements, Qui je suis retrace une année de la vie d’une jeune femme dangereusement fascinante, au cours de laquelle surgissent les secrets les plus sombres d’une petite ville, tandis que Hattie se rapproche peu à peu de sa mort.
Suggestif et tranchant, ce roman examine la frontière entre l’innocence et la culpabilité, l’identité et la duperie. L’amour conduit-il à la découverte de soi… ou à la destruction ?


15/20.

  • J'AI AIMÉ : Bien mené, le lecteur s'attache plus ou moins à Hattie.
  • J'AI MOINS AIMÉ : Pas plus haletant ou surprenant que ça.


Un thriller de temps en temps, ça fait toujours du bien. Telle est ma (simple) devise ! Ce n'est pas un genre vers lequel je me dirige souvent mais par moment, certains résumés/avis captent mon attention. Ça a été le cas de Qui je suis et je remercie les éditions Mazarine et NetGalley de me l'avoir fait découvrir. Étant malade, ce roman m'a accompagnée toute la journée et s'il n'a pas été plus surprenant que ça, j'ai tout de même passé un bon moment de lecture.

Le corps d'une jeune femme est retrouvée dans une vieille grange abandonnée. Pour la population de Pine Valley et la police, ça ne fait aucun doute avant que les résultats ne leur parviennent : il s'agit d'Hattie, portée disparue. Hattie, adolescente sage, brillante, aux bonnes notes, passionnée de théâtre, et sans soucis particuliers. Mais ça, c'est surtout aux yeux des autres... Hattie n'a jamais été que ça et les enquêteurs vont bien devoir fouiller sa vie pour comprendre ce qu'il s'est passé.

Del :
« Il s'ensuivit un long silence, un soupire à l'autre bout du fil, et une certaine tension dans la voix de Bud quand il reprit la parole, comme si cet appel exigeait de lui un effort au-dessus de ses forces.
« Nom de Dieu, Del. Je n'arrête pas de revoir son pauvre petit corps allongé là sur cette table d'autopsie. Quand Mona et moi, on est allés la récupérer hier, on aurait dit un morceau de viande, boursouflé et... anormal. Ma petite fille, ma petite fille était un morceau de viande sur une plaque d'acier... » »

La première fois que l'on fait connaissance avec Hattie, ce n'est pas avec la police et devant le drame. Non, on fait connaissance avec Hattie, avec Hattie elle-même, dans ses pensées et face à un dilemme. On fait connaissance avec une adolescente torturée, désespérée et qui se cherche sous tous les points de vue. Le titre est parfait : Qui je suis. C'est bien la question que se pose Hattie, et ses proches, et la police. C'est une question qui revient sans cesse, quelque soit le narrateur que nous avons en face de nous.

Car dans ce roman, nous sommes certes plongés tour à tour dans les faits présents : le meurtre et l'enquête, et les faits passés : l'histoire d'Hattie. Mais nous sommes surtout tour à tour plongés dans trois points de vue importants : Del, le shériff, Peter, un nouveau venu en ville, et Hattie elle-même. Et le récit arrive à ne se concentrer qu'autour d'Hattie malgré les différentes narrateurs. Hattie, la jeune fille qui joue toujours un rôle. Le lecteur découvre une adolescente à plusieurs facettes, qui a envie de plaire, mais qui n'est jamais elle-même. Elle ment, elle manipule, elle se contrefout de tout, elle joue la comédie dans sa vie quotidienne aussi bien que sur scène. Elle n'attend qu'une chose : sa majorité et son diplôme pour tout laisser derrière elle.

Hattie :
« Vous saviez que vous jouiez correctement quand votre public était heureux. Les gens souriaient, vous félicitaient et se disaient entre eux que vous étiez formidable. Peut-être qu'une partie de vous-même aurait aimé qu'ils voient au-delà de la performance, ne serait-ce qu'une fois, et vous disent, dans le style Bridget Jones, qu'ils vous aimaient pour ce que vous étiez, mais cela n'arrivait jamais. »

Puis il y a Peter. Nouveau venu en ville et qui ne se plaît pas le moindre du monde à Pine Valley. Il subit plus qu'il ne vit sa vie depuis quelques mois et il est perdu, jusqu'à sa rencontre avec la jeune Hattie, ses facettes, son intelligence qu'il admire, et leurs points communs. Puis il y a Del, shériff chargé de l'enquête, proche de la famille de la victime et proche de la victime également. Il est prêt à tout pour lever le voile sur l'affaire et le fait avec professionnalisme et aussi transparence vis à vis du lecteur. Puis il y a les habitants de Pine Valley qui, comme dans toute petite ville, se connaissent tous et font face à un bouleversement inattendu.

Peter :
« Elle croyait que c'était moi qui contrôlais la situation, elle m'admirait, mais peu à peu elle allait s'apercevoir que ma vie ressemblait à un château de cartes posé à ses pieds et que, pour me détruire, il suffirait d'un petit coup décoché par une de ses innombrables personnalités. »

Qui je suis est un thriller pas forcément original, toutefois il nous fait compatir avec la victime et les autres personnages présents. Même si Hattie n'est pas toujours très aimable, le récit fait que l'on finit par l'apprécier et que l'on finit par prendre sa mort comme un coup dur. Apprendre à la connaître, la connaître vraiment, est un point qui m'a beaucoup plu et qui m'a fait prendre cette enquête à cœur. C'est le point positif de ce thriller selon moi et qui m'a donné envie d'enchaîner les chapitres. Ça, et la fluidité venant de la plume et la traduction.

  • EN CONCLUSION : Qui je suis n'est peut-être pas un thriller qui révolutionne le genre, mais il reste plaisant et entraînant. Si on a un petit penchant pour les histoires de secrets, de fausses images, de relations cachées, c'est un roman qui peut tout à fait convenir !

Prochaine lecture : La ronde des saisons, tome 4 : Scandale au printemps de Lisa Kleypas.

tâches d'encre

Utilisez la plume mise à votre disposition

Decorated Christmas Tree