mardi 12 novembre 2013

Le théorème de Cupidon • Agnès Abécassis.


Théorème de Cupidon (déf.) : deux lignes parallèles qui ne se croisent jamais. Sauf si elles sont fait l'une pour l'autre. Adélaïde est exubérante, directe, rigolote, mais elle fuit les histoires d'amour. Philéas est timide, maladroit, sérieux, et ne pense qu'à conclure. Ils ont le même âge, travaillent tous les deux dans le cinéma, pourtant ils ne se connaissent pas. Enfin, c'est ce qu'ils croient... 


J'AI AIMÉ : Lecture fluide.
J'AI MOINS AIMÉ : L'immaturité des personnages, le manque de fin.


Après ma déception récente avec Sous les mains sanglantes, l'envie d'une lecture légère s'est fait ressentir. J'ai jeté mon dévolu sur Le théorème de Cupidon, qui est peut-être effectivement une lecture légère mais qui m'a malheureusement déçue par ses personnages grotesques et l'humour que j'ai trouvé à côté de la plaque. Ce n'est pas vraiment ce que j'attendais...

Adélaïde est une femme exubérante et plutôt survoltée. Le moins que l'on puisse dire, c'est qu'elle a de l'énergie à revendre et beaucoup de second degré. Comme le promet le résumé, elle est « rigolote » et ne recherche certainement pas l'amour : les hommes, elle les fuit. Philéas quant à lui est plutôt son contraire : il rêve constamment de rencontrer la femme idéale et fantasme au point de prendre ses rêve pour des réalités. Tout semble les opposer, mais les apparences sont peut-être trompeuses : qui sait s'ils sont vraiment faits l'un pour l'autre ? 


Je ne sais pas trop à quoi je m'attendais exactement mais sûrement pas à cette histoire. La fin est pratiquement manquante et j'ai eu la sensation que le roman s'est coupé net. Quant au contenu, ce n'est qu'un chassé-croisé entre les personnages, sans réelles affinitées entre les deux et sans cette répartie propre aux protagonistes de Chick-lit. Quand ils viennent enfin à se voir, le goût de trop peu m'est resté en bouche, c'est pour moi un début de relation tout à fait inachevé.

Le début part pourtant sur une bonne route avec son plein d'humour et de dynamisme, avec une Adélaïde entraînante au possible et à la langue acérée. J'ai vraiment cru que ça allait le faire, mais c'est de pages en pages, et surtout avec le personnage de Philéas que j'ai décroché. La comédie à deux voix sans vraies rencontres perdure trop longtemps et Philéas et son humour assez douteux partage beaucoup de valeurs sexistes que je déteste au final (par exemple : les hommes sont des pervers et c'est normal). Son immaturité m'a déçue pour quelqu'un qui a passé trente ans, et Adélaïde part de fil en aiguille sur cette pente aussi : Les personnages en ressortent très stéréotypés.


Un roman qui a mal tourné à partir d'un moment. Le résumé vendeur et le début prometteur ne peuvent pas tout faire. C'est le manque de maturité et le sexisme qui l'ont finalement emporté.

tâches d'encre

  1. Il me semble que le film avec Louise Bourgoin "un heureux évènement" soit une adaptation d'un livre d'Abécassis. Et comme j'ai beaucoup aimé le film je me disais que je craquerai bien pour un de ces livres, en particulier celui que tu viens de lire xD

    RépondreSupprimer
  2. Ah bah après, essaie toujours :p Peut-être que ton avis sera en total désaccord avec le mien ! ^^

    RépondreSupprimer
  3. J'adore la chick lit mais là j'avoue que je vais te faire confiance hein =) Il me tentait mais ton avis me freine. Dans tous cas, j'adore ta photo !!

    RépondreSupprimer

Decorated Christmas Tree